27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Néréide (ver)

Néréide (ver)

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013



Néréide (vers de sable ou de vase)

- La néréide est assez souvent appelée, à tort, "mille-pattes marin".

- ce ver annelé ne possède pas de pattes mais bien des rames aplaties qui lui permettent de nager dans l’eau, de s’enfouir vivement pour échapper à des prédateurs ou encore de ramper sur le sol ou dans les algues (celles photographiées ci-dessus ont été trouvées dans une algue appelée pioka ou chondrus crispus)

- en Normandie, ou du moins dans le Calvados, ces vers faisaient l’objet d’un commerce lucratif dans les années 70 ; ils étaient ramassés, par des femmes le plus souvent, puis conservés dans de la mousse marine, elle-même emballée dans du papier journal.

- ces "paquets" étaient collectés en divers endroits, certains employeurs se chargeant de les faire vendre par des marchands d’articles de pêche par exemple ! (pour mémoire l’un d’entre eux avait même trouvé un débouché aux États-Unis où ils étaient envoyés tous les soirs par avion)

- La plouz, plous ou pelouse (ces mots, probablement en patois, évoquent en Calvados les vers de vase dont font partie les néréides) était, il est vrai, très efficace comme appât au bout des lignes ; les maquereaux, carrelets, tacauds, en faisaient leur ordinaire ;-) !

- Il est à noter que désormais ils sont souvent remplacés par des leurres en diverses matières synthétiques plus pratiques à utiliser et aussi "pêchants" !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP