24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Natice et (ponte)

Natice et (ponte)

Dernière mise à jour le jeudi 13 août 2015

Ce bel escargot de mer est assez difficile à trouver sur nos plages, mais on est sûr de sa présence en trouvant ses pontes (voir sur cet article) construites comme des œuvres architecturales et donc très reconnaissables.



Natice (et pontes)

Il s’agit probablement de "Natica millepunctata" (ramassée sur une plage anglaise)

Natice millepunctata

Je n’ai personnellement jamais rencontré de natice vivante !

Il en existe plusieurs espèces sur le littoral européen :
- la natice la plus commune "serait l’Euspira Fusca (Doris)
- Mais on rencontrerait aussi en Méditerranée l’Euspira catena.

On rencontre dans la Manche :
- l’euspira pulchella sur le site www.mer-littoral.org

De même que :
- Sophie et André Rozen indiquent dans "Coquillages, Mollusques de nos côtes"
Que la natice "porte collier" Euspira catena et la Euspira pulchella sont présentes sur les côtes d’armor (22).
Elles se déclinent en plusieurs couleurs et font de 18 à 49 mm de diamètre.

Mais si on ne les trouve que très rarement sur les plages, c’est parce qu’elles évoluent entre - 10 et - 125 m sous la surface de la mer, sur le sable ; seuls les plongeurs sont susceptibles de pouvoir les contempler et nous faire profiter de leur charmes.
Cependant elles font parfois des incursions sur des plages à la marée montante.

Elles sont toutes pourvues d’un large pied, la coquille est ombiliquée tout près de l’ouverture et l’animal en se déplaçant semble se diriger grâce à de longues antennes.

Elle ferme son espace de vie par une plaque cornée qui s’emboîte parfaitement dans l’ouverture de la coquille.

Ce gastéropode est carnivore et, comme la pourpre, il perce la coquille de ses proies avec sa langue râpeuse et ses sucs gastriques (en environ deux heures) puis absorbe les chairs par succion.

Les natices pondent pour se reproduire, leurs œufs sont agglomérés en bande à l’aide d’un mucus gélatineux, le mucus agglutinant lui-même une multitude de grains de sable !

Ci-dessous les photos de trois pontes de natice, trouvées à Trébeurden (22) en juillet 2013 dans un endroit très passant, dans l’indifférence générale. J’ai été sidéré par le fait que des dizaines de personnes de tous âges soient passées à côté de ces merveilles de la nature, sans les voir !

Les anneaux ont un diamètre d’environ 6 cm.

Le Guide des bords de mer de P. Hayward, T. Nelson-Smith et C. Shields précise que la forme et le nombre de spires des anneaux est généralement la caractéristique de chaque espèce, il semblerait donc qu’ici ces pontes soient l’œuvre de trois espèces de natices, anneaux fendus pour l’un, plusieurs spires pour l’autre et enfin anneaux parfaits pour le troisième.

Pontes de Natice spiralées

Ponte de Natice anneau brisé

Pontes de Natice rondelles

On trouvera par ailleurs sur ce site une collection très importante de photos de Naticidae



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP