Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Les espèces > Coquillages > Moule commune

Moule commune

Mytilus edulis

Dernière mise à jour le samedi 7 septembre 2019

Les moules sont présentes dans presque toutes les mers du monde.
La moule commune est celle qui est le plus présente en France, mais en Europe il existe bien d’autres moules.
Vous pouvez aussi consulter les considérations générales sur les moules en France


Moules communes (Mytilus edulis)
Nom scientifique international (obligatoire sur l’étal)
Mytilus edulis
Nom usuel Moule
Noms régionaux Mouille, moucle, meskl, mouscouliona, bouchot
France Moule commune
Royaume-Uni Common mussel, blue mussel
Allemagne Miesmuschel
Italie Cozza, mitilo, musculo
Espagne Mejillón común
Portugal Mexhilao-vulgar
Classe Bivalvia / Lamellibranchia / Pelecypoda
Ordre Mytilida
Famille Mytilidae
Description - coquillage plus ou moins renflé, pointu à l’une des extrémités, et ronde à l’autre

- coquille bleu noir ou brun, voire jaunâtre

*****
Taille commune relevée 4 à 5 cm
Taille maximale à l’âge adulte 7 à 8 cm
Durée de vie maximale relevée De 8 à 10 ans
*****
Distribution géographique Océan Atlantique, Manche, Mer du Nord et Baltique, Méditerranée, peut être cosmopolite
Habitat Elle s’accroche par le byssus à différents supports, rochers, coques de bateaux, épaves, etc.
Profondeur habituelle De -6 à -9 m, rarement à plus de 17 m
Sédentaire Oui
Pélagique Oui à l’état larvaire
*****
Maturité sexuelle 8 mois, sexes séparés mâle et femelle
Reproduction - larves véligères qui leur permettent de se déplacer, elles sont pélagiques

- elles deviennent jeunes moules en se fixant sur un support

*****
Habitudes alimentaires Étant attachée, la moule ne peut donc pas se déplacer et trouve donc son alimentation dans ce qu’elle filtre
*****
Prédateurs Dorades, crustacés, les humains
Mode de pêche - pêche de loisir : cueillette sur les gisements sauvages

- pêche professionnelle : dragages sur les gisements sauvages

État de la ressource évaluée En nette diminution en France, mortalité des juvéniles
*****
Informations nutritionnelles
Élevage En de multiples endroits en France, bouchots, parcs, cordes, lagunages
Provenance de l’élevage La production française ne suffisant pas, les autres sources sont européennes, Espagne, Irlande, Belgique, Hollande
Le saviez-vous ? Une moule adulte peut filtré jusqu’à 1000 litres d’eau de mer par jour. Les scientifiques examinent et analysent les tissus des moules pour identifier la nature de la pollution d’un milieux, par exemple

.

Taille minimale de prise
Périodes de fermeture
Nbre prises/pers/jour
4 cm
300 unités ou 3kg

.

*** RÉGLEMENTATION DE LA PÊCHE DE LOISIR ***

La réglementation ou plutôt les réglementations concernant la pêche à pied de loisir sont très complexes et varient selon les départements.

c’est pourquoi vous pourrez utilement consulter le site : http://www.pecheapied-loisir.fr/je-suis-pecheur/reglementation/


Vous y trouverez des explications et des renseignements nécessaires pour bien comprendre la réglementation applicable sur votre lieu de pêche et pour vous permettre de passer un moment agréable au bord de la mer.


Il est très important de connaître la réglementation de votre secteur car tout abus, toute prise sous-taille ou en surnombre peuvent être lourdement sanctionnés.

.

RAPPELS PÊCHE DE LOISIR

La vente des produits pêchés est rigoureusement INTERDITE
La pêche est INTERDITE entre le coucher et le lever du soleil
La pêche dans les herbiers de zostères et de posidonies est INTERDITE

Commentaires :

- Les moules sont souvent utilisées en tant que "filtreurs" par les scientifiques, comme indicateur biologique, pour détecter une pollution, des micro-algues toxiques, etc.
- Une moule filtre en moyenne 1 litre d’eau de mer par heure ; on peut dire qu’elle épure la mer
- Une moule qui subit de mauvaises conditions de vie, peut casser son byssus pour se refixer ailleurs où elle secrète un nouveau byssus.


Conseils d’achat :

Il existe plusieurs sortes de moules et donc mes conseils généraux doivent être « modulés » en fonction de celles que vous achèterez.
.
Vous trouverez suivant la région de l’achat, la saison, l’importance de l’étal de votre détaillant, plusieurs sortes de moules, le plus souvent fonction de la méthode d’élevage, dont voici une liste non exhaustive :
- moule dite de bouchot, (étiquetée Mont St-Michel et de loin la plus régulière)
Mais également les régions authentifiées : Normandie, mer du Nord ; Bretagne Nord et Bretagne sud, Pays de Loire, Poitou-Charentes, Arcachon Aquitaine.
- moule dite de corde (Abers)
- moule de parc
- moule sauvage (exigez dans ce cas de voir l’étiquette sanitaire)
- moule de Barfleur (généralement lavée et débarrassée du byssus, elles semblent se conserver moins bien que celles qui n’ont pas subi de préparation)
- moule dite de Hollande,
- moule dite d’Espagne.
.
Les moules Label Rouge existent ; bien qu’un peu plus chères, elles vous garantissent une volume de remplissage excellent, un goût développé, la certitude d’être nées et élevées en mer, une fraîcheur depuis leur retrait de la mer garanti.
.
Une moule doit être « humide » ou, tout au moins, ne doit pas être sèche !
- elle ne doit pas bailler et ne doit pas être cassée.
.
Evitez les moules « lavées » ou les moules dites « prêtes à cuire » ! Et, surtout, évitez d’acheter des moules après 10 heures, sur les marchés en été.
.
Combien acheter de moules ?
- en hors d’oeuvre comptez 350 à 400 g par personne,
- en plat principal 500 à 750 g par personne.


Conseils de conservation :

Les moules se conservent mal, surtout en périodes chaudes.
.
- entreposez-les dans un local frais, et recouvrez-les d’un sac genre toile de jute (ou d’un journal humide) pendant un maximum de 12 h.
- en l’absence de local adéquat, mettez-les au réfrigérateur dans le bac à légumes, en veillant bien à ce que la température ne descende pas en dessous de 2°, et là non plus, pas plus de 12 h.
.
Pourquoi les moules ne doivent-elles pas être préparées plus de 2 heures avant d’être cuisinées ?
C’est simple :

- la moule comporte un byssus, sorte de petite cordelette apparente, appelée ici ou là « filière ».
- quand on le lui retire en la nettoyant, on traumatise la moule et très souvent elle meurt à brève échéance !
.
Un bon procédé pour évaluer la fraîcheur des moules consiste à les plonger dans de l’eau froide, à les brasser plusieurs fois de suite, ensuite à les laisser reposer 10 minutes, celles qui remontent à la surface sont éliminées et mises à la poubelle !

Ne jamais congeler des moules vivantes !


Recette(s) :

Vous les trouverez dans "Recettes - Par ordre alphabétique"


Biographie et liens :

- Jean-Claude Quéro et Jean-Jacques Vayne
Fruits de mer et plantes marines des pêches françaises
Editions Delachaux et Niestlé Ifremer
.
- Sophie et André Rozen
Coquillages, mollusques de nos côtes Atlantique, Manche
ISBN 2-84833-153-4
.
- Doris
DIDIERLAURENT Sylvie, LAMARE Véronique, MÜLLER Yves in : DORIS, 21/05/2017 : Mytilus edulis Linnaeus, 1758, http://doris.ffessm.fr/ref/specie/581
DIDIERLAURENT Sylvie, MÜLLER Yves in : DORIS, 16/04/2014 : Mytilus galloprovincialis Lamarck, 1819, https://doris.ffessm.fr/ref/specie/2527
.
Haut de page


On peut aussi rencontrer en Europe :

- la moule de méditerranée Mytilus galloprovincialis qui peut atteindre jusqu’à 12 cm !

Moule de Méditerranée

- mais aussi Modiolus barbatus

Moule à barbes, barbatus

- la Modiolarca tumida, une petite moule à reflets verts

- la Brachyodonte minimus, une moule très petite

- la Lithophaga lithophaga, qui vit en Méditerranée insérée dans la pierre

- et enfin le Modiololus adriaticus, qui fait partie des moules barbues mais qui, elle, n’a pas de filaments longs.
.
Haut de page


Généralités sur les moules en France

La moule est l’un des mollusques les plus fréquemment rencontrés sur nos rivages ; elle est implantée pratiquement sur toutes les côtes rocheuses françaises.
Les moules vivent le plus souvent, à l’état sauvage, dans les anfractuosités des rochers, elles sont souvent petites et difficiles à détacher. Dans d’autres endroits elles poussent sur des débris de roches ou de bois, ou simplement amassées en pelote, à l’aide d’un lien appelé byssus.
Ce lien est la résultante de l’action de l’eau de mer sur un liquide que secrètent les moules, il est également souvent épaissi par des particules flottantes.
Les moules font partie des bivalves, elles peuvent filtrer jusqu’à 15 litres d’eau de mer par heure ; pour se nourrir, elles retiennent par filtration les phytoplanctons et micro-organismes (généralement vivants) en suspension ; les conditions climatiques, les pollutions, les apports d’eau douce peuvent perturber gravement leur filtration, et donc leur croissance.
Les moules se nourrissent d’abord pour survivre et pour procréer, et accessoirement pour grossir.
Celles que nous consommons sont le plus souvent issues de l’élevage (conchyliculture) ; les naissains recueillis sont surveillés jusqu’à la formation des petites moules qui sont déposées sur des supports appropriés :
- pieux profondément enfoncés dans la mer (moules dites de bouchot)
- ou cordes tendues en travers des courants des estuaires ou des abers (moules dites de corde).

Pieux de moules de bouchots


Les supports sont naturellement disposés pour pouvoir être surveillés et pouvoir cueillir les moules au moment le plus favorable ou à leur stade de croissance maximale.
Comme tous les bivalves, les moules sont surveillées sanitairement, car la présence de micro organismes ou d’algues toxiques dans l’eau de mer filtrée provoque une accumulation de toxines à l’intérieur même de leurs tissus, pouvant naturellement intoxiquer le consommateur (quelquefois gravement).
Durant les années 2004 et 2005, les élevages de plusieurs centaines de conchyliculteurs français furent consignés et interdits à la vente du fait de la présence de phytotoxines (diarrhéiques, paralysantes, amnésiantes) ou de phytoplanctons toxiques (dynophysis, alexandrium, pseudo-nitzchia).
L’institut français pour la recherche et l’exploitation de la mer (IFREMER) est chargé de l’observation et de la surveillance de la mer côtière, afin d’alerter les pouvoirs publics et les professionnels des risques sanitaires encourus.

.
Haut de page


Bibliographie et Liens :

- Jean-Claude Quéro et Jean-Jacques Vayne
Fruits de mer et plantes marines des pêches françaises
Editions Delachaux et Niestlé Ifremer

- Association Brigoudou
https://www.brigoudou.fr


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP