14 décembre : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de bar13 décembre : Huîtres. Sous haute surveillance 12 décembre : Pêche électrique. Intermarché vent debout11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Méduse littorale

Méduse littorale

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013

Les études scientifiques sont de plus en plus nombreuses sur le sujet, en Europe comme dans le reste du monde et notamment dans les pays asiatiques.



Les méduses littorales

La prolifération des méduses sur toutes les mers du monde ne manque pas d’étonner et aussi d’inquiéter les responsables des stations estivales, des instituts de recherche et de contrôle de la ressource halieutique !

Les méduses et les hommes :

- de tout temps les méduses ont posé problème aux humains ! Mais le réchauffement climatique, la destruction des prédateurs, et l’augmentation saisonnière des planctons verts ont augmenté les risques !

- le thon rouge, par exemple, était un gros consommateur de méduses, de même que les tortues marines (dont c’était la nourriture principale), mais l’une et l’autre espèces ont été décimées par la sur-pêche et nos rejets de sacs plastiques, notamment pour la tortue qui, justement dans l’eau, prend les sacs plastiques pour des méduses et s’en étouffe ...

- plusieurs communes de Méditerranée, par exemple, doivent protéger leurs baigneurs contre les méduses à l’aide d’immenses filets !

- les usines de désalinisation sont obligées de mettre des dégrilleurs sur les crépines de pompe !

- les pêcheurs peuvent rompre leurs filets à cause des milliers de méduses prises en même temps que les poissons !

- l’échouage de milliers de méduses sur les côtes crée aussi une pollution naturelle provoquant des odeurs nauséabondes et des milliers de tonnes de déchets à traiter !

Un certain nombre de considérations sont communes à l’ensemble des espèces de méduses :

- les pollutions entrainant des raréfactions de l’oxygène dans l’eau augmentent le développement des méduses !

- ainsi les zones réputées mortes (sans poissons, sans algues) se remplissent de méduses qui consomment le reste de l’oxygène dissout !

- d’autres constatations étranges inquiètent aussi : les méduses en état de stress libèrent leurs oeufs ou leurs spermatozoïdes suivant le sexe !

- ainsi lorsque, à l’aide de filets, on essaie de débarrasser les eaux côtières des millions de méduses, on déclenche sans le savoir leur reproduction ...

- dans le même temps, on apprend que les oeufs fécondés peuvent rester viables durant 2 ans, voire 10, en l’attente de conditions favorables !

- l’augmentation d’un 1/2 degré de la température des océans peut aussi enclencher le cycle de la reproduction de toutes les sortes de méduses, terrifiant n’est ce pas ?

- d’autre part, il est confirmé que les prédateurs potentiels, tortues et requins en grande diminution, ne permettent plus non plus de modérer les stocks en constitution, rendant par là même l’alimentation des espèces prédatrices difficiles !

L’espace naturel ayant toujours été en juste équilibre, nous pouvons encore une fois mesurer l’inconséquence des dérèglements que créent les humains sur la planète !

Habitudes alimentaires des méduses :

- les méduses se nourrissent dans leur milieu ambiant d’animalcules et de plantes microscopiques que leur venin tue d’abord et qu’elles avalent ensuite.

- on peut penser que l’augmentation saisonnière de planctons verts (augmentation due notamment à nos rejets de phosphates et d’azote) entrainerait la venue des méduses qui peuvent ainsi s’en goinfrer ... mais ce n’est qu’une des hypothèses des travaux entrepris sur les méduses, dont nous ne connaissons encore que bien peu de choses.


méduse janvier 2011 Finistère

Les méduses de ce genre n’aiment pas les eaux profondes et se complaisent sur le littoral.

Les dérèglements dus au réchauffement climatique et la disparition de bon nombre de prédateurs, dont le thon rouge et les tortues, créent des conditions favorables à une explosion démographique de toutes sortes de méduses !


La méduse rayonnée (Chrysaora hysoscella)

Méduse Rayonnée - Chrysaora hysoscella

- cette méduse ressemble à une ombrelle semi-sphérique d’une trentaine de centimètres de diamètre, pouvant atteindre jusqu’à 65 cm.
- elle est habituellement présente en mer Baltique, mer du Nord, Manche, Atlantique, et Méditerranée.


Méduses - Océanopolis à Brest (29) - 2009



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP