17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon 2 janvier : Dans le bassin d’Arcachon, des producteurs d’huîtres traditionnelles lancent une pétition contre les huîtres de laboratoire1er janvier : www.Manger-la-mer.org vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2017Décembre 2016 : Réveillon : une huître sur trois est "artificielle"Décembre 2016 : Florent Tarbouriech implante en Espagne son procédé d’"huîtres solaires"Décembre 2016 : Ostréiculture. Des « huîtres espionnes » pour déjouer les voleursDécembre 2016 : Huîtres d’Étel. « Ni trop salées, ni trop iodées »Décembre 2016 : Coquilles de la rade. Tous ne jouent pas le jeuDécembre 2016 : Fêtez Noël à Océanopolis !Décembre 2016 : Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire Décembre 2016 : Pêche au bar. Les ministres ménagent les professionnelsDécembre 2016 : L’UE s’accorde sur les quotas de pêche 2017Décembre 2016 : UBS. Des pistes pour valoriser la solieria Décembre 2016 : Dauphins échoués. Un séisme sous-marin évoquéDécembre 2016 : Coquilles Saint-Jacques. Première pêche aux GlénanDécembre 2016 : Le retour inespéré de la morue du NordDécembre 2016 : Rade de Brest. L’effort de pêche sur la praire menace-t-il le maërl ?
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Méduse littorale

Méduse littorale

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013

Les études scientifiques sont de plus en plus nombreuses sur le sujet, en Europe comme dans le reste du monde et notamment dans les pays asiatiques.



Les méduses littorales

La prolifération des méduses sur toutes les mers du monde ne manque pas d’étonner et aussi d’inquiéter les responsables des stations estivales, des instituts de recherche et de contrôle de la ressource halieutique !

Les méduses et les hommes :

- de tout temps les méduses ont posé problème aux humains ! Mais le réchauffement climatique, la destruction des prédateurs, et l’augmentation saisonnière des planctons verts ont augmenté les risques !

- le thon rouge, par exemple, était un gros consommateur de méduses, de même que les tortues marines (dont c’était la nourriture principale), mais l’une et l’autre espèces ont été décimées par la sur-pêche et nos rejets de sacs plastiques, notamment pour la tortue qui, justement dans l’eau, prend les sacs plastiques pour des méduses et s’en étouffe ...

- plusieurs communes de Méditerranée, par exemple, doivent protéger leurs baigneurs contre les méduses à l’aide d’immenses filets !

- les usines de désalinisation sont obligées de mettre des dégrilleurs sur les crépines de pompe !

- les pêcheurs peuvent rompre leurs filets à cause des milliers de méduses prises en même temps que les poissons !

- l’échouage de milliers de méduses sur les côtes crée aussi une pollution naturelle provoquant des odeurs nauséabondes et des milliers de tonnes de déchets à traiter !

Un certain nombre de considérations sont communes à l’ensemble des espèces de méduses :

- les pollutions entrainant des raréfactions de l’oxygène dans l’eau augmentent le développement des méduses !

- ainsi les zones réputées mortes (sans poissons, sans algues) se remplissent de méduses qui consomment le reste de l’oxygène dissout !

- d’autres constatations étranges inquiètent aussi : les méduses en état de stress libèrent leurs oeufs ou leurs spermatozoïdes suivant le sexe !

- ainsi lorsque, à l’aide de filets, on essaie de débarrasser les eaux côtières des millions de méduses, on déclenche sans le savoir leur reproduction ...

- dans le même temps, on apprend que les oeufs fécondés peuvent rester viables durant 2 ans, voire 10, en l’attente de conditions favorables !

- l’augmentation d’un 1/2 degré de la température des océans peut aussi enclencher le cycle de la reproduction de toutes les sortes de méduses, terrifiant n’est ce pas ?

- d’autre part, il est confirmé que les prédateurs potentiels, tortues et requins en grande diminution, ne permettent plus non plus de modérer les stocks en constitution, rendant par là même l’alimentation des espèces prédatrices difficiles !

L’espace naturel ayant toujours été en juste équilibre, nous pouvons encore une fois mesurer l’inconséquence des dérèglements que créent les humains sur la planète !

Habitudes alimentaires des méduses :

- les méduses se nourrissent dans leur milieu ambiant d’animalcules et de plantes microscopiques que leur venin tue d’abord et qu’elles avalent ensuite.

- on peut penser que l’augmentation saisonnière de planctons verts (augmentation due notamment à nos rejets de phosphates et d’azote) entrainerait la venue des méduses qui peuvent ainsi s’en goinfrer ... mais ce n’est qu’une des hypothèses des travaux entrepris sur les méduses, dont nous ne connaissons encore que bien peu de choses.


méduse janvier 2011 Finistère

Les méduses de ce genre n’aiment pas les eaux profondes et se complaisent sur le littoral.

Les dérèglements dus au réchauffement climatique et la disparition de bon nombre de prédateurs, dont le thon rouge et les tortues, créent des conditions favorables à une explosion démographique de toutes sortes de méduses !


La méduse rayonnée (Chrysaora hysoscella)

Méduse Rayonnée - Chrysaora hysoscella

- cette méduse ressemble à une ombrelle semi-sphérique d’une trentaine de centimètres de diamètre, pouvant atteindre jusqu’à 65 cm.
- elle est habituellement présente en mer Baltique, mer du Nord, Manche, Atlantique, et Méditerranée.


Méduses - Océanopolis à Brest (29) - 2009



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP