Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Littoral en danger : les Outre-mer face à la montée des eaux

Littoral en danger : les Outre-mer face à la montée des eaux

Dernière mise à jour le lundi 15 juillet 2019

Article paru sur le site "France-Info :"
- 12 Juillet 2019 Article
Visualiser l’article original


Avec le réchauffement climatique, l’érosion et l’élévation du niveau de la mer menacent le littoral des Outre-mer. Activités humaines et espaces naturels sont déjà bouleversés. D’ici la fin du siècle, des espaces côtiers voire des îles pourraient être rayés de la carte..
C’est une lente progression, qui semble imperceptible mais est bien réelle : l’élévation du niveau de la mer. Dans les Outre-mer, la montée des eaux diffère d’une région à l’autre. En moyenne, le niveau de la mer s’élève de 2 à 3 millimètres par an. Un danger pour les côtes et les hommes qui y concentrent leurs activités.

D’ici 2090, la mer pourrait pénétrer sur plusieurs dizaines voire centaines de mètres sur les littoraux les plus plats. La Martinique pourrait perdre 5% de sa superficie. La commune de la côte Atlantique, Le François, pourrait être en partie submergée d’ici 2100 comme le montre cette simulation de Yoann Pélis et Pascal Saffache.
Conséquences de l’élévation du niveau de la mer au François en Martinique à l’horizon 2090-2100
Un scénario inquiétant aussi pour les îles françaises du Pacifique. Certaines, essentiellement des atolls, pourraient être rayées de la carte.

Sur les 120 îles totalement submergées d’ici la fin du siècle dans le scénario optimiste, on a à peu près 30% qui viennent de Nouvelle-Calédonie, 30% de Polynésie française.
Franck Courchamp - docteur en écologie et directeur de recherche au CNRS

La montée des eaux aggravée par l’homme
Des plages qui disparaissent... C’est le fruit de la montée des eaux et de l’érosion des côtes, des phénomènes aggravés par la main de l’homme. Le fragile équilibre protecteur des littoraux a été rompu par l’urbanisation, l’extraction du sable pour le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) et les ports. Le prélèvement de sédiments dans le lit des rivières par les carriers a aussi rompu le rechargement naturel des plages.

Même l’industrie touristique est pointée du doigt. Des plantes capables de stabiliser le sable ont été arrachées au profit des cocotiers. Des choix qui obligent les hommes à se replier vers l’intérieur des terres. La commune du Prêcheur en Martinique est déjà concernée. Certaines populations devront même quitter leur région selon certains spécialistes.

Dans les années à venir, on se projette à plus 30 ou plus 40 ans, il risque d’y avoir d’importantes migrations dans la Caraïbe. Les territoires qui actuellement font rêver, économiquement sont capables d’absorber les populations, risquent d’être très sollicités par toutes ces populations qui vont migrer ​​​. Je crains que, sur le plan géopolitique, dans les années à venir, la Caraïbe soit un espace de migrations relativement important.
Pascal Saffache
professeur d’aménagement et de géographie à l’université des Antilles

Pas de solutions miracles

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP