19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche 9 mars : Le froid fait s’échouer des milliers d’étoiles de mer8 mars : Vincent Campredon. « Montrer au monde que la mer est l’avenir de l’humanité » 7 mars : Marée. Un dauphin échoué à Plougoulm, un autre sauvé à Santec 5 mars : Norrd-Finistère. Un très vieux coquillage découvert
Accueil > Les espèces > Coquillages > Moules - Généralités

Moules - Généralités

Dernière mise à jour le lundi 5 novembre 2007


La moule est l’un des mollusques les plus fréquemment rencontrés sur nos rivages ; elle est implantée pratiquement sur toutes les côtes rocheuses françaises.

Les moules vivent le plus souvent, à l’état sauvage, dans les anfractuosités des rochers, elles sont souvent petites et difficiles à détacher. Dans d’autres endroits elles poussent sur des débris de roches ou de bois, ou simplement amassées en pelote, à l’aide d’un lien appelé byssus.
Ce lien est la résultante de l’action de l’eau de mer sur un liquide que secrètent les moules, il est également souvent épaissi par des particules flottantes.

Les moules font partie des bivalves, elles peuvent filtrer jusqu’à 15 litres d’eau de mer par heure ; pour se nourrir, elles retiennent par filtration les phytoplanctons et micro-organismes (généralement vivants) en suspension ; les conditions climatiques, les pollutions, les apports d’eau douce peuvent perturber gravement leur filtration, et donc leur croissance.

Les moules se nourrissent d’abord pour survivre et pour procréer, et accessoirement pour grossir.

Celles que nous consommons sont le plus souvent issues de l’élevage (conchyliculture) ; les naissains recueillis sont surveillés jusqu’à la formation des petites moules qui sont déposées sur des supports appropriés :
- pieux profondément enfoncés dans la mer (moules dites de bouchot)
- ou cordes tendues en travers des courants des estuaires ou des abers (moules dites de corde).
Pieux de moules de bouchots

Les supports sont naturellement disposés pour pouvoir être surveillés et pouvoir cueillir les moules au moment le plus favorable ou à leur stade de croissance maximale.

Comme tous les bivalves, les moules sont surveillées sanitairement, car la présence de micro organismes ou d’algues toxiques dans l’eau de mer filtrée provoque une accumulation de toxines à l’intérieur même de leurs tissus, pouvant naturellement intoxiquer le consommateur (quelquefois gravement).

Durant les années 2004 et 2005, les élevages de plusieurs centaines de conchyliculteurs français furent consignés et interdits à la vente du fait de la présence de phytotoxines (diarrhéiques, paralysantes, amnésiantes) ou de phytoplanctons toxiques (dynophysis, alexandrium, pseudo-nitzchia).

L’institut français pour la recherche et l’exploitation de la mer (IFREMER) est chargé de l’observation et de la surveillance de la mer côtière, afin d’alerter les pouvoirs publics et les professionnels des risques sanitaires encourus.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP