22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards !
Accueil > Les espèces > Coquillages > Moules - Généralités

Moules - Généralités

Dernière mise à jour le lundi 5 novembre 2007


La moule est l’un des mollusques les plus fréquemment rencontrés sur nos rivages ; elle est implantée pratiquement sur toutes les côtes rocheuses françaises.

Les moules vivent le plus souvent, à l’état sauvage, dans les anfractuosités des rochers, elles sont souvent petites et difficiles à détacher. Dans d’autres endroits elles poussent sur des débris de roches ou de bois, ou simplement amassées en pelote, à l’aide d’un lien appelé byssus.
Ce lien est la résultante de l’action de l’eau de mer sur un liquide que secrètent les moules, il est également souvent épaissi par des particules flottantes.

Les moules font partie des bivalves, elles peuvent filtrer jusqu’à 15 litres d’eau de mer par heure ; pour se nourrir, elles retiennent par filtration les phytoplanctons et micro-organismes (généralement vivants) en suspension ; les conditions climatiques, les pollutions, les apports d’eau douce peuvent perturber gravement leur filtration, et donc leur croissance.

Les moules se nourrissent d’abord pour survivre et pour procréer, et accessoirement pour grossir.

Celles que nous consommons sont le plus souvent issues de l’élevage (conchyliculture) ; les naissains recueillis sont surveillés jusqu’à la formation des petites moules qui sont déposées sur des supports appropriés :
- pieux profondément enfoncés dans la mer (moules dites de bouchot)
- ou cordes tendues en travers des courants des estuaires ou des abers (moules dites de corde).
Pieux de moules de bouchots

Les supports sont naturellement disposés pour pouvoir être surveillés et pouvoir cueillir les moules au moment le plus favorable ou à leur stade de croissance maximale.

Comme tous les bivalves, les moules sont surveillées sanitairement, car la présence de micro organismes ou d’algues toxiques dans l’eau de mer filtrée provoque une accumulation de toxines à l’intérieur même de leurs tissus, pouvant naturellement intoxiquer le consommateur (quelquefois gravement).

Durant les années 2004 et 2005, les élevages de plusieurs centaines de conchyliculteurs français furent consignés et interdits à la vente du fait de la présence de phytotoxines (diarrhéiques, paralysantes, amnésiantes) ou de phytoplanctons toxiques (dynophysis, alexandrium, pseudo-nitzchia).

L’institut français pour la recherche et l’exploitation de la mer (IFREMER) est chargé de l’observation et de la surveillance de la mer côtière, afin d’alerter les pouvoirs publics et les professionnels des risques sanitaires encourus.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP