13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours
Accueil > Les espèces > Coquillages > Huîtres - Généralités

Huîtres - Généralités

Dernière mise à jour le dimanche 9 décembre 2012



Huîtres sauvages creuses rade de Brest

Les huîtres sauvages remontent à la nuit des temps ; si l’on en croit l’histoire du monde, les ethnologues et paléontologues, l’huître existait il y a 260 millions d’années.

En Europe ce seraient les Romains qui auraient commencé à élever les huîtres, au temps où seule l’ostrea edulis poussait à l’état naturel de la Scandinavie au Portugal !
Depuis ces temps immémoriaux l’on accorde des vertus par dizaines à ce mollusque.
Les gens de la côte, comme les têtes couronnées, apprécient les huîtres depuis toujours.

Si l’on relève dans plusieurs pays des tentatives d’élevage de l’huître, l’ostréiculture ne naît réellement en France que dans les années 1850/70.
Il est bon de noter que le stockage et l’affinage se faisaient déjà depuis des siècles, et bien avant notre ère, en bassins, en estuaires et en marais salants.

Depuis un moment déjà (Bretagne, Pays de Loire, bassin d’Arcachon et Normandie) le dragage à bord de bisquines et le ramassage à pied (transport à bras, à civières, ou à charrettes hippomobiles), menacent les bancs d’huîtres.

Les autorités de l’ époque ont bien tenté de freiner le massacre, en promulguant une loi réglementant les activités de pêche et de stockage des coquillages, et en instituant une interdiction de pêche entre le 1er mai et le 31 août, mais les prélèvements ont été réellement trop importants (durant de longues années) par rapport à la ressource et la plupart des bancs ont été décimés.

Pourtant la demande était de plus en plus forte.

Le 20è siècle connaîtra l’essor de l’huître en France, et ce malgré les guerres, les aléas climatiques (hiver 63 en particulier), les épizooties, les pollutions, et micro-organismes toxiques.
L’ostréiculture en France est un pôle économique d’importance, générateur d’emplois à temps complet, mais aussi d’emplois saisonniers.

Au fil des chapitres nous verrons comment les huîtres sont élevées, suivant les régions, les conditions du milieu (biotope). J’aborderai également ce qui gène le développement des élevages, les pollutions diverses, les prédateurs habituels ou nouveaux.

Dans la mesure du possible je le ferai en images afin que vous soyez à même d’établir des comparaisons.

C’est volontairement que je distinguerai d’une part les huîtres creuses, et d’autre part les huîtres plates.

J’évoquerai également les huîtres sauvages, notamment les huîtres plates sauvages de la rade de Brest, et d’autres lieux où pointent des espoirs.

De même je parlerai des huîtres triploïdes, appelées aussi huîtres des quatre saisons qui, à mon sens, devraient faire l’objet d’un étiquetage significatif sur tous les étals.

Je vous donnerai également des références, liens spécialisés ou scientifiques, et des livres sur les huîtres, sur la page "Lire pour comprendre" comme du reste pour tout ce qui est traité dans ce site.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP