19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest
Accueil > Les espèces > Poissons > Dorades - Généralités

Dorades - Généralités

Dernière mise à jour le mardi 3 juin 2008


Il est bien difficile d’exprimer des généralités sur ce poisson car, suivant les régions maritimes en France, plusieurs espèces de poissons portent ce nom générique, sans en être réellement.
Aussi ai-je préféré les classer sous leur appellation "scientifique" en rappelant leurs noms régionaux autorisés à la vente.
Pour simplifier, j’ai décrit les dorades vraies, les pageots, les sébastes, séparément.




- curieusement les dorades, il y a quelques décennies, étaient des poissons mal aimés ou, plus exactement, étaient d’une valeur marchande incertaine.
- de ce fait, elles étaient peu nombreuses sur les marchés.


Habitat et habitudes alimentaires des dorades :

- les dorades sont le plus souvent semi-pélagiques ; elles évoluent entre la zone côtière et le plateau rocheux du large.
- elles y sont en larges bancs.
- les juvéniles et les individus jeunes sont, eux, plus près de la côte, au moins pendant leurs trois premières années.

- les dorades mangent ce qu’elles trouvent dans le milieu où elles sont !
- ce sont de grosses mangeuses : algues (entéromorphes principalement), également des crustacés (copépodes et amphipodes), des crabes qu’elles adorent, mais aussi des poissons : lançons, anchois, et leurs oeufs.


Conseils d’achat :

- depuis quelques années déjà (5/10 ans) la dorade que l’on trouve le plus fréquemment est la grise, le plus souvent pas très grosse 350/500 g.

- la dorade doit être la plus brillante possible car, quand elle est terne, c’est qu’elle n’a pas vu la mer depuis longtemps !


Conseils de conservation :

La dorade doit être vidée rapidement :
- on la fend de l’anus à la tête, et on en retire les viscères.
- après quoi on l’écaille, puis on la lave et on l’essuie soigneusement au dedans comme au dehors.

- ceci est particulièrement important pour la dorade car elle mange beaucoup de crustacés, crabes, crevettes, etc ... ; ces derniers fermentent très vite, vous le savez bien, et, dans le cas présent, communiquent très vite leur odeur au poisson !

- la dorade ne se conserve pas plus de 48 heures, après elle devient flasque, voire franchement molle.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP