24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Les espèces > Poissons > Dorades - Généralités

Dorades - Généralités

Dernière mise à jour le mardi 3 juin 2008


Il est bien difficile d’exprimer des généralités sur ce poisson car, suivant les régions maritimes en France, plusieurs espèces de poissons portent ce nom générique, sans en être réellement.
Aussi ai-je préféré les classer sous leur appellation "scientifique" en rappelant leurs noms régionaux autorisés à la vente.
Pour simplifier, j’ai décrit les dorades vraies, les pageots, les sébastes, séparément.




- curieusement les dorades, il y a quelques décennies, étaient des poissons mal aimés ou, plus exactement, étaient d’une valeur marchande incertaine.
- de ce fait, elles étaient peu nombreuses sur les marchés.


Habitat et habitudes alimentaires des dorades :

- les dorades sont le plus souvent semi-pélagiques ; elles évoluent entre la zone côtière et le plateau rocheux du large.
- elles y sont en larges bancs.
- les juvéniles et les individus jeunes sont, eux, plus près de la côte, au moins pendant leurs trois premières années.

- les dorades mangent ce qu’elles trouvent dans le milieu où elles sont !
- ce sont de grosses mangeuses : algues (entéromorphes principalement), également des crustacés (copépodes et amphipodes), des crabes qu’elles adorent, mais aussi des poissons : lançons, anchois, et leurs oeufs.


Conseils d’achat :

- depuis quelques années déjà (5/10 ans) la dorade que l’on trouve le plus fréquemment est la grise, le plus souvent pas très grosse 350/500 g.

- la dorade doit être la plus brillante possible car, quand elle est terne, c’est qu’elle n’a pas vu la mer depuis longtemps !


Conseils de conservation :

La dorade doit être vidée rapidement :
- on la fend de l’anus à la tête, et on en retire les viscères.
- après quoi on l’écaille, puis on la lave et on l’essuie soigneusement au dedans comme au dehors.

- ceci est particulièrement important pour la dorade car elle mange beaucoup de crustacés, crabes, crevettes, etc ... ; ces derniers fermentent très vite, vous le savez bien, et, dans le cas présent, communiquent très vite leur odeur au poisson !

- la dorade ne se conserve pas plus de 48 heures, après elle devient flasque, voire franchement molle.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP