13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Les espèces > Elevées > Poissons - Turbot d’élevage

Poissons - Turbot d’élevage

Scophtalmus maximus

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011

Les premiers essais d’élevage du turbot ont été réalisés en France dans les années 70, puis les mises au point de la filière ont été réalisées dans les années 80 (Ifremer).


Le turbot fait partie des quelques espèces pionnières de l’aquaculture marine [1]

Les problèmes de l’élevage de ce type sont nombreux :
- obtention des pontes en captivité, en saison ou hors saison.
- développement et nourrissement des larves.
- production des nutriments nécessaires à l’élevage des larves, puis des juvéniles.
- mise au point d’aliments composés pour le grossissement.
- et enfin, apprentissage des données de base de l’élevage en bassins ou en cages.

En France l’élevage se pratique en Bretagne nord et dans les Pyrenées Atlantique à terre, dans des bassins peu profonds.

La France (en 2004) est le leader mondial pour la production et l’exportation de juvéniles vers l’Europe ou la Chine.

La production du turbot d’élevage en Europe est de l’ordre de 5 000 Tonnes (Portugal, Espagne, France).

Notes

[1aquaculture filière pédagogie ifremer


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP