20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux9 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"8 août : Le Chili devient le premier pays d’Amérique latine à interdire les sacs en plastique8 août : Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé 6 août : Des raies dangereuses se rapprochent des côtes françaises1er août : La colère de Laury Thilleman contre le plastique dans la mer31 juillet : La mer sera bientôt dans la Constitution26 juillet : Pêche au bar. Les ligneurs s’en prennent aux bolincheurs24 juillet : Paradeep. À l’abordage du marché nautique ! 23 juillet : Brexit. Les pêcheurs toujours dans le bleu 21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause
Accueil > Actualités de la mer > Le mercure est encore très présent dans notre environnement

Le mercure est encore très présent dans notre environnement

Dernière mise à jour le mardi 10 avril 2018

Article paru sur le site "Radio-Canada :"
- 07 Avril 2018
Visualiser l’article original


Le Canada a réduit ses émissions de mercure de plus de 90 % au cours des 40 dernières années. Certaines régions du pays sont pourtant encore touchées par des taux élevés de mercure dans leur écosystème. Des scientifiques tentent de comprendre pourquoi.

Un texte de Benoît Livernoche, de La semaine verte

Le parc national de Kejimkujik est un joyau naturel du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Ce parc d’une nature quasi intacte attire de nombreux canoteurs. Même s’il est situé très loin des grands centres industriels, la présence de mercure y est anormalement élevée.
En septembre 2017, une équipe de chercheurs tente de capturer de la perchaude, un poisson qui sert de nourriture à l‘emblématique huard que l’on trouve dans le parc Kejimkujik. Le but de cette pêche est d’analyser les taux de mercure dans ces poissons.

C’est la troisième fois qu’une équipe vient y faire cette pêche. Une étude, dans le milieu des années 90, avait sonné l’alarme sur la présence élevée de mercure dans l’écosystème du parc.

« Au milieu des années 2000, nous sommes revenus afin de voir s’il y avait une tendance, affirme Karen Kidd, biologiste à l’Université du Nouveau-Brunswick, à Saint-Jean. Nous avons alors constaté que les niveaux de mercure avaient augmenté. »

Cette étude a suscité beaucoup d’inquiétudes sur l’impact du mercure sur les organismes vivants.
Le mercure est un métal que l’on trouve à l’état naturel dans la croûte terrestre. Une éruption volcanique, par exemple, émet du mercure dans l’atmosphère. C’est naturel.

Mais, depuis deux siècles, les activités industrielles telles que la production de combustibles fossiles, l’activité minière et les centrales au charbon ont grandement amplifié les émissions de mercure.
…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP