23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux
Accueil > Actualités de la mer > Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »

Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »

Dernière mise à jour le samedi 14 avril 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 12 Avril 2018
Visualiser l’article original


Premier port de débarquement de la langoustine vivante, Lorient veut commercialiser ce produit rare et fragile bien au-delà du Grand Ouest en améliorant notablement les conditions de conservation et de transport.

Sa chair est fine et délicieuse et ce qui ne gâche rien, la langoustine est le fruit d’une pêche qui se veut durable et responsable. Premier port de pêche français, Lorient a donc choisi d’en faire son emblème. 900 tonnes de « demoiselles » pêchées dans le golfe de Gascogne par 35 chalutiers lorientais ont été débarquées l’an dernier. Ce qui fait aussi de Keroman, le premier port de langoustines vivantes.

Les deux tiers des débarquements sont consommés dans le Grand Ouest. La région parisienne en est aussi friande et des camions prennent la direction de Rungis. Mais la zone de commercialisation de la langoustine vivante se trouve réduite en raison de la fragilité de l’animal. Arrivée sur les étals de la capitale, elle fait parfois triste mine. D’où la volonté des différents acteurs de la filière de travailler sur de nouvelles techniques de conservation qui amélioreraient le transport au-delà de quelques centaines de kilomètres. Bien sûr pour en faire profiter les consommateurs au-delà de l’Ouest, mais aussi pour trouver de nouveaux débouchés en période d’abondance comme en 2016 et 2017. Sans que les prix ne chutent localement.

Des tests cet été du bateau à l’étal
…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP