23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles

La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles

Dernière mise à jour le vendredi 20 avril 2018

Article paru sur le site "Le Figaro :"
- 18 Avril 2018
Visualiser l’article original


ENQUÊTE - Classés en danger d’extinction, les alevins d’anguille, appelés civelles, sont très recherchés par les Asiatiques, prêts à les payer une fortune. De quoi inspirer des braconniers de plus en plus organisés et violents en France. Face à eux, police de l’environnement et gendarmes allient leurs forces pour tenter de mettre fin au trafic.

Dans la nuit humide et sans lune, au bord de la Charente, l’eau file, froide, rapide. Un petit goulot laisse une échappatoire sur le côté des vannes que l’on ferme pour endiguer l’afflux de la marée montante à l’embouchure des rivières. Des feuilles dévalent dans le cours d’eau par l’étroit passage dans une course effrénée avec toute sorte de petits débris. Il doit aussi y avoir des civelles. C’est en tout cas un des « spots » parmi la dizaine autour de Rochefort (Charente-Maritime), régulièrement fréquentés par les braconniers qui recherchent frénétiquement les petits alevins d’anguille. Une marchandise qui aujourd’hui vaut de l’or, de 300 à 500 euros le kilo pour le pêcheur.

Rien n’arrête donc ces écumeurs de rivière dans leur volonté d’obtenir ces petits poissons de quelques centimètres, frétillants et translucides. Peu leur importe que cette espèce dont les populations se sont effondrées ces dernières années soit classée en « danger critique d’extinction » par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Les Asiatiques en réclament et, pour en obtenir, sont prêts à payer très cher : de 3000 à 6000 euros pour le dernier intermédiaire.

 » LIRE AUSSI - Braconnage et trafics mettent en danger les espèces protégées
Les bébés anguilles, appelés civelles ou piballes dans le Sud-Ouest, sont très prisés par les Asiatiques.

Portées durant plusieurs mois par le Gulf Stream, les larves d’Anguilla anguilla, en provenance de la mer des Sargasses (Atlantique Nord-Ouest), se transforment en alevins aux ...

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP