24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > La Mer (Métiers / Loisirs) > Loisirs marins > Pêche à la canne du bord

Pêche à la canne du bord

Dernière mise à jour le samedi 5 mars 2011


Il y a évidemment plusieurs sortes de pêches du bord :
- suivant la région géographique (nord, ouest, sud) de la France par exemple.
- suivant le site (jetée, rochers, pointe, plage)
- suivant le matériel utilisé (canne au coup, à lancer, à streamer, etc.)
- suivant le poisson recherché.

Je vais vous décrire ce que je connais, mais je ne connais pas tout !



Pêche à l'éperlan

La pêche de l’éperlan

L’éperlan est un joli petit poisson très vif et très brillant..

- ce petit carnassier est souvent présent dans des coins abrités, peu profonds et ensoleillés, les cales ou les ports assez ouverts ; ils y passent en bandes, en bancs, virevoltant à la recherche de crevettes microscopiques ou autres petits crustacés, voire des petits poissons ou alevins, le sprat ayant leur préférence !

- leur pêche consiste donc à se trouver là quand ils sont dans le secteur, et à essayer de les leurrer !

Il semblerait que la méthode la plus facile pour les pêcher est d’utiliser un bas de ligne mitraillette de 6 à 10 hameçons à plumes multicolores et bien mobiles.
- munir la mitraillette d’un plomb d’environ 20g.
- monter ce bas de ligne sur une ligne, la longueur totale (ligne et bas de ligne) doit égaler la longueur de la canne, pour ramener aisément vos poissons.
- mais si vous êtes déjà pêcheur au coup en rivière ou en lac vous savez cela aussi bien que moi.

Votre canne étant ainsi gréée, il vous suffira de l’utiliser à la façon d’une "dandinette lente" d’un mouvent lent et ample du poignet.
- chaque touche est sèche et le ferrage doit être ni trop mou, ni trop sec, car les décrochages sont fréquents, surtout sur les plus petits éperlans.

Comme pour les autres espèces, plus vous pêcherez souvent, plus votre technique s’améliorera.
- vous pouvez, si vous le désirez, utiliser l’éperlan en tant que vif sur une autre canne, à bar par exemple !

Vous pouvez espérer, suivant les jours, en prendre de 20 à 300, que vous conserverez vivants dans un seau rempli d’eau de mer, le temps de rentrer à la maison pour les préparer, car c’est un poisson délicieux.

Sachez néanmoins que l’humeur de l’éperlan est changeante et qu’il y a des jours sans :-) !

Les éperlans, on les mange comment ?



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP