27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité
Accueil > Les espèces > Elevées > Coquillages - Palourde croisée

aquaculture

Coquillages - Palourde croisée

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011

On estime que cette technique commence en France en 1980 sous le nom de "vénériculture", après une longue recherche publique et privée.



Le schéma général est assez simple, l’écloserie, l’élevage des juvéniles, l’élevage et le grossissement, mais il est souvent difficile à mener à bien !


L’écloserie et l’élevage des juvéniles :

- La production de juvéniles est réalisée de manière artificielle.
- La pré-nurserie ou élevage larvaire est soumis à pas mal d’aléas et donc de mortalité.
- La nurserie quand les larves atteignent 2mm soit après 30 à 45 jours.
- Le pré-grossissement par apports d’eaux chargées en phytoplancton.

- Les juvéniles sont élevés jusqu’à ce qu’ils atteignent environ 15 mm, en trois mois.


L’élevage et grossissement commercial :

- Des clayettes semi-rigides et alvéolées sont posées sur des tables dans l’estran, dans un premier temps, puis enfouies dans le sédiment pour que ces coquillages fouisseurs puissent y retrouver leurs habitudes de nourriture.

- Dans plusieurs régions, les palourdes sont également élevées dans les marais salants aménagés en conséquence, notamment par le puisage d’eaux chargées en algues microscopiques.

Si les techniques de nurserie et d’élevage sont rôdées depuis longtemps, les crabes prédateurs constituent toujours un réel souci pour les éleveurs de coquillages !

- C’est pourquoi les caissettes de jeunes palourdes enfouies, ainsi que les plus âgées semées à même les vases, sont protégées verticalement et souvent horizontalement contre toutes sortes de prédateurs, dont le crabe.
- Néanmoins la densité des palourdes sous bâches ou filets protecteurs constitue un frein à la pousse et favorise même des maladies parasitaires.

La récolte des palourdes est encore très souvent manuelle, même s’il existe :
- des engins motorisés, dans les exploitations conçues pour ce faire, une lame soulevant le sédiment, de forts jets d’eau lavant les palourdes, ce genre d’engin pouvant ramasser 150 m2 à l’heure.
- ou bien encore un genre de drague mue par un treuil, le sédiment étant lavé par de forts jets d’eau couplés à des brosses mécanisées, pouvant ramasser 100 m2 à l’heure.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP