23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Charente. Au secours des civelles

Charente. Au secours des civelles

Dernière mise à jour le mercredi 28 mars 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 26 Mars 2018
Visualiser l’article original


Les hommes de l’Agence française pour la biodiversité multiplient les opérations de contrôles sur les estuaires, rivières, étangs de la façade Atlantique pour éviter le braconnage des civelles.
Les hommes de l’Agence française pour la biodiversité multiplient les opérations de contrôles sur les estuaires, rivières, étangs de la façade Atlantique pour éviter le braconnage des civelles.

« On a eu des menaces, des coups sur nos agents, des barrages forcés... Et, dans un cas, l’an dernier, des coups de feu. On s’est déjà retrouvés sur des sites face à dix, vingt personnes.
C’est de la bande organisée, donc des risques potentiels pour nos contrôleurs », raconte Nicolas Surugue, directeur de l’Agence française pour la biodiversité (AFB), en Nouvelle Aquitaine. D’où la présence, cette nuit-là, de militaires du Psig (Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) aux côtés des hommes de l’AFB, armés eux aussi. Pas vraiment l’image du scientifique de biodiversité ou du garde-pêche...
Dont ces inspecteurs assermentés sont pourtant les héritiers, protecteurs des espèces menacées. Chaque année, les « hommes en gris » (couleur des uniformes de l’AFB) procèdent à quelque 300 opérations de contrôle sur les estuaires, rivières, étangs de la façade Atlantique, aire de prédilection de la civelle (« pibale » dans le Sud-Ouest), l’alevin d’anguille européenne (Anguilla anguilla).
Protégées depuis 2009
C’est là que la civelle, après son inouïe traversée de l’Atlantique sur sept-huit mois, portée par le Gulf Stream, vient se poser, vers octobre, et grandir, parfois jusqu’au pied du Massif central ou des Pyrénées. Jusqu’à devenir l’anguille argentée qui, dans dix ans, retraversera l’Atlantique, pour aller frayer dans la mer des Sargasses. Incroyablement résilients, ces minis « spaghettis » (sept centimètres), comme les appellent les gens de l’AFB, sont aussi vulnérables, et, depuis 2009, espèce protégée par la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), dans la foulée d’une directive européenne en 2007, déclinée en France en « Plan de gestion de l’anguille » (2010).

Forte demande de l’Asie
…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP