12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc

La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc

Dernière mise à jour le lundi 8 octobre 2018

Article paru sur le site "[https://www.cotesdarmor.com]"
- Octobre 2018
Visualiser l’article original


Emblème de la baie de Saint-Brieuc et du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, la coquille Saint-Jacques possède des vertus gustatives très recherchées en gastronomie. Aussi bien crue que cuite, vous la découvrirez dans de nombreux plats : en carpaccio ou dans une galette, vous ne résisterez pas à sa saveur marine !
Une pêche réglementée

En Côtes d’Armor, la pêche à la Coquille Saint-Jacques est très réglementée (2 jours de pêche par semaine à raison de 45 minutes par jour) de façon à gérer la ressource afin de permettre son renouvellement. Elle est autorisée seulement de fin octobre à avril et cesse avant le développement du corail. Cuite ou crue, poêlée, pochée ou marinée, toujours délicate et raffinée, ses saveurs n’ont d’égales que ses qualités nutritionnelles…

La baie de Saint-Brieuc possède le plus grand gisement naturel de coquilles Saint-Jacques de France avec 150 000 hectares. Toutefois, avant 1993, on constate une reproduction difficile des coquilles, la production tombe de 12 000 tonnes en 1972 à 1 200 tonnes en 1990. C’est alors que des mesures restrictives spécifiques vont être prises pour sauvegarder le gisement de Saint-Brieuc.

Comme la coquille de Saint-Brieuc ne peut se reproduire qu’en milieu tempéré, elle féconde ses œufs d’avril à septembre. C’est à ce moment que se développe la gonade (organe génital appelé aussi corail) et qu’elle peut pondre ses œufs. Pour permettre la reconstitution du gisement, on a donc interdit la pêche d’avril à octobre, ce qui explique que les coquilles de Saint-Brieuc sont des coquilles blanches (sans gonade ou corail).

Elle bénéficie d’une IGP (Identification Géographique Protégée). Les demandes de licence sont enregistrées pendant l’été puis on évalue l’importance du gisement de l’année en septembre pour n’attribuer les licences qu’en octobre, la pêche commence dès le mois de novembre. Deux ou trois jours de pêche sont décidés par semaine dans la période autorisée, et chaque pêche ne va durer que 3⁄4 d’heure à 1 heure.

Chaque bateau va pêcher 500 à 800 kg de coquilles, leur dimension doit alors correspondre à un gabarit de 10,2 cm à 11 cm. Une telle règle nécessite des contrôles, ainsi pendant toute la durée de la pêche, des bateaux des affaires maritimes s’assurent que personne ne pêche en dehors des horaires autorisés. De plus, un avion contrôle depuis le ciel les envois des dragues des bateaux. Pendant les moments hors pêche, des contrôles sont également effectués pour débusquer les braconniers, grands prédateurs des coquilles, comme les étoiles de mer qui se régalent des meilleures coquilles au fond de la mer.

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP