24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon
Accueil > Les espèces > Elevées > Coquillages - Huître creuse d’élevage

Coquillages - Huître creuse d’élevage

Crassostrea gigas

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011



huître creuse shéma interne


Conseils d’achat :

Acheter des huîtres creuses ne présente pas de difficulté majeure, cependant il est important de bien choisir son détaillant, et le genre d’huîtres que l’on désire manger.

Avant toute chose, il est bon de savoir si vous préférez les huîtres :
- charnues, claires ou grasses
- petites, moyennes, ou grosses
- laiteuses ou non

Lorsque vous aurez répondu à ces questions, votre détaillant pourra alors vous conseiller au mieux.

Les huîtres s’achètent bien fermées et bien humides.

Depuis une dizaine d’années, les huîtres creuses ne sont plus guère vendues à la douzaine, mais au poids.
- cela a des avantages, surtout pour l’ostréiculteur et le détaillant, et des inconvénients pour le consommateur.
- en effet le tri est nettement moins bien fait !
- l’ancienne dénomination par n°, où l’huître était sévèrement calibrée, n’ayant plus cours, vous pourrez, dans un kg, trouver des huîtres très petites ou déclassées qui sont mêlées aux plus grosses.
- le rapport coquille/animal peut se trouver très inégalement réparti.

Il faut savoir que les huîtres creuses ont leurs « crus », dont je me propose de détailler les caractéristiques dans une fiche spéciale qui s’étoffera au fur et à mesure de mes recherches de documents.


Remarque importante :

Il existe actuellement une huître dite « des quatre saisons » ou triploïde, et qui dans la grande majorité des cas n’est pas « étiquetée » en tant que telle, ce qui est vraiment anormal et qui devrait être répréhensible !

Je refuse, quant à moi, d’en acheter et d’en consommer.


Conseils de conservation :

- les huîtres doivent être conservées à plat, au frais, sous du goémon ou sous un linge humide, ou dans le réfrigérateur entre 4 et 8 degrés.

Attention : une huître gelée est une huître morte !

- correctement conservée, une huître peut rester consommable environ 72h.
- si elle est emballée en bourriche et stockée dans un endroit frais et ventilé, elle peut même le rester jusqu’à 7 jours.

Une huître qui a été réfrigérée doit être sortie au minimum une demi-heure avant d’être ouverte et consommée, elle a besoin de « se réveiller ».


Recette(s) :

- Huîtres creuses chaudes au curry
- Huîtres creuses chaudes au safran



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP