26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière

Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière

Dernière mise à jour le lundi 16 avril 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 13 Avril 2018
Visualiser l’article original


De nombreux bâtiments conchylicoles ont été reconvertis en résidence sur le littoral. Pour les jeunes éleveurs, les places manquent. La Région et la filière s’allient pour contrer le phénomène.

La côte bretonne attire toutes les convoitises et les élevages conchylicoles ne font pas exception. Bien souvent, les exploitations possèdent un bâtiment à deux pas de leur parc de coquillage. Idéal pour les particuliers à la recherche d’une résidence les pieds dans l’eau. Alors, pendant longtemps, beaucoup d’éleveurs sur le départ ont préféré leur vendre à prix d’or plutôt que de transmettre à d’autres professionnels, pour des montants deux à trois fois inférieurs. La loi littorale interdit pourtant de transformer les élevages en résidence mais les propriétaires misent sur une dérogation des pouvoirs publics.

Trois installations recalées

Résultat, dans le Morbihan, où le phénomène est très accentué, 10 à 20 % des bâtiments conchylicoles ont disparu en vingt ans. Un vrai problème pour les communes, qui ont ainsi vu partir une activité participant à leur vitalité. Le phénomène est aussi problématique pour les jeunes exploitants. « On se retrouve sans espace pour les installer », constate Philippe Le Gal, président du Comité de conchyliculture de Bretagne Sud. L’année dernière, sur sept demandes d’installation, quatre seulement ont pu être satisfaites.

Si nous ne faisons rien, dans dix ans, nous pouvons tout perdre.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP