23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Les espèces > Elevées > Coquillages - Huître plate d’élevage

Coquillages - Huître plate d’élevage

Ostrea Edulis

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011



Huître plate des Abers (ets Paluden)

Huître plate de l’aber Benoît (Établissements Paluden)


Nom usuel huître plate
Noms régionaux istr, ostria
Nom en anglais european oyster

Conditions de production :

Produire des huîtres plates aujourd’hui devient un réel problème, même s’il existe un marché potentiel assez important !

L’huître plate est devenue fort chère, ce qui n’est pas étonnant en soi puisque sa production a chuté depuis les années 70 de 15 000 tonnes à 3000 tonnes aujourd’hui.

L’huître plate est longue à élever, souvent fragile ; pratiquement tous les élevages ont été décimés par le parasite Marteilia refringens et le Bonamia ostrea dans les années 70.

L’huître plate pousse moins vite que la creuse ; elle est très sensible aux eaux fraîches, elle doit avoir à disposition une grande quantité de nourriture et occupe beaucoup de place au sol (fonds des parcs).

Du fait même de son mode de production, les manipulations par dragages sont assez aléatoires au regard des conditions météo.
- deux fois par an en général, elle se retrouvent au sec et le travail des ostréiculteurs est vraiment très important durant les marées propices.
- par ailleurs les prédateurs que sont les dorades, les étoiles de mer (pour ne citer qu’eux) sont assez difficiles à chasser ... et créent de réels soucis aux stocks, de même que les pillards et les tempêtes qui déplacent souvent 20 ou 30 % des huîtres.


huître plate 00 des abers


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP