19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Huître creuse. La sauvage gagne du terrain

Huître creuse. La sauvage gagne du terrain

Dernière mise à jour le lundi 27 mars 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 25 Mars 2017
Visualiser l’article original


Elle a colonisé la plupart des grèves de la rade de Brest. Importée du Japon dans les années 70, l’huître creuse s’est étendue bien au-delà des parcs ostréicoles. La Gigas à l’état sauvage fait aujourd’hui partie du paysage côtier breton. Pour le plus grand bonheur des pêcheurs à pied.

L’augmentation de la température de l’eau a favorisé son développement. Rapportée du Pacifique dans les années 70, afin de pallier la disparition de l’huître creuse portugaise (décimée autour de 1968), la Crassostrea Gigas a proliféré par le sud de la Bretagne avant de gagner la rade de Brest, en essaimant à partir des parcs ostréicoles.
En 2007, on estimait son stock naturel en rade de Brest autour de 10.000 t (entre 5.000 et 6.000 t entre 1995 et 2005). « L’huître sauvage est ainsi devenue, en moins de 40 ans, l’espèce la plus représentée de la rade de Brest », rapporte Stéphane Pouvreau, du laboratoire de physiologie des invertébrés pour Ifremer (Argenton). Elle aurait détrôné la crépidule et toutes les autres espèces locales.

Elle trouve en rade de Brest de la nourriture en abondance et une température idéale pour la libération de ses larves en été (une eau à plus de 18 degrés. Le nord de la rade aux eaux plus fraîches en accueille moins sur ses grèves). La Gigas s’est développée jusqu’en Hollande et a même atteint, en 2008, le sud de la Norvège !
Irrégulières et dentelées

En Bretagne, seule la côte du Finistère nord et les abers en sont épargnés à l’état sauvage ; l’eau fraîche (jusqu’à 17 º l’été) excluant, pour le moment, toute reproduction. Partout ailleurs, dans les eaux peu profondes, elles se fixent sur les cailloux et se développent en récifs dans les rivières et rias.

Ces huîtres sauvages font le bonheur des pêcheurs à pied qui sont de plus en plus nombreux à les consommer.

.../...

Lire l’article complet …


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP