21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Recettes > Par ordre alphabétique > Fumet de crevettes roses

Fumet de crevettes roses

Dernière mise à jour le lundi 27 février 2012


Voilà un fumet particulièrement délicieux à peu de frais.
Vous serez déjà subjugué par les odeurs répandues durant la cuisson !



Ingrédients :

- les têtes et les carapaces de 300 g de crevettes roses,
- un bel oignon rosé de Roscoff,
- 2 échalotes roses de Roscoff,
- 1 cuillerée à café de persil frisé haché menu,
- 15 g de beurre baratté salé,
- 50 ml d’auxerrois ou d’eldelzwicker,
- eau.


Mode de préparation :

- mettre le beurre à fondre,
- ajouter l’oignon et les échalotes finement émincés,
- les laisser devenir translucides, mais sans coloration,
- ajouter le persil,
- puis le vin qui doit s’évaporer presque instantanément,
- ajouter les têtes et carapaces des crevettes que vous avez dégustées préalablement,
- recouvrir le tout d’eau.

- laisser bouillonner durant 60 minutes sous couvercle, en prenant soin que la quantité de liquide ne diminue pas de plus de la moitié du liquide présent au départ.

- au bout de trente minutes de cuisson, broyer le tout à l’aide, par exemple, du bout d’un pilon, ou même d’un mixeur.

- à l’issue de la cuisson, laisser refroidir et passer à travers une passoire fine ou un chinois, ou même un filtre papier (mais c’est plus long !).

- répartir dans des petits récipients,
- congeler.

Les parfums de cuisson sont vraiment inhabituels, le goût tout à fait intéressant pour confectionner des sauces, voire des consommés ou une bisque.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP