23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > La Mer (Métiers / Loisirs) > Métiers de la mer > Elevage de coques

Elevage de coques

cérastoculture

Dernière mise à jour le dimanche 12 mars 2017


La reproduction des coques a lieu en juin ou juillet, uniquement dans leur milieu naturel.
Le naissain naturel des coques provient essentiellement de la baie de la Vilaine.
Il est récolté par des pêcheurs professionnels sur des petits chalutiers et revendu aux éleveurs de coques, les cérastoculteurs, à partir de septembre et pendant l’hiver.

Les petites coques juvéniles sont alors mises à la pousse, dans des vasières sablonneuses sur terrain, découvrant à toutes les marées.
Les coques découvertes ainsi quotidiennement, à chaque marée, sont résistantes et de qualité.

Elles restent entre 18 mois et 2 ans en parcs, enfouies dans le sable, jusqu’à la récolte.
La récolte s’effectue en pêche à pied lors des marées basses (ramassage à la main, avec un râteau) ou mécanisée, en tracteurs munis de récolteuses, ou par drague (avec un bateau).

La filière conchylicole et la cérastoculture


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP