16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Diatomées

Diatomées

Dernière mise à jour le jeudi 28 novembre 2013

Le règne de l’infiniment petit, que nous côtoyons le plus souvent sans le savoir, est fait d’algues siliceuses, en milieu humide d’eau douce, saumâtre ou salée.
Elles assurent à elles seules 20 à 25 % de la production phytoplanctonique.
Elles jouent donc un rôle primordial dans la vie des écosystèmes marins !



Diatomées

Achnantes brevipes brevipes

photo_Maurice_Loir

Nous entendons assez souvent parler des diatomées, les dictionnaires nous en donnent pour définition :

- "Végétal unicellulaire aquatique, à coque siliceuse bivalve parfois finement ornée, et présentant de nombreuses particularités" (Dictionnaire Larousse)

- "Algues brunes (Phéophycées) unicellulaires microscopiques, qui croissent dans les eaux douces ou salées, et dont la membrane est entourée d’une coque siliceuse." (Le Grand Robert)

Personnellement, j’aime beaucoup le prologue du "Guide des diatomées" de Maurice Loir :

- "Il y a peu d’objets plus admirables que les délicates enveloppes siliceuses des Diatomées" (Charles Darwin 1859)

- " L’importance d’un groupe vivant n’est pas de loin, proportionnelle à la connaissance qu’en a le grand public. Ceci s’applique plus particulièrement aux Diatomées, organismes unicellulaires, solitaires ou vivant en colonies, comptant des milliers d’espèces réparties à travers le monde. Les Diatomées sont un des composants majeurs du phytoplancton et, à ce titre, jouent un rôle primordial dans les océans. Elles sont à l’origine des longues et productives chaînes alimentaires qui aboutissent aux grands carnivores, aux cétacés, au oiseaux." (Jean Dorst, membre de l’Institut, Professeur au Muséum national d’histoire naturelle de Paris)

Dans http://www.diatomloir.eu/Site%20Diatom/Marinun.html, les diatomées sont vraiment belles, n’est-ce pas ?

Mais à quoi çà sert les diatomées ?

- "Il est difficile d’imaginer ce que serait notre biosphère sans ces composants majeurs du phytoplancton" ! (Maurice Loir ) :
- Les diatomées font partie de la chaîne alimentaire nécessaire à pratiquement tous les animaux marins (et d’eau douces aussi).
- Les gisements de diatomées (des périodes géologiques antérieures) servant pour la filtration, la clarification, ou comme abrasif léger et fin.
- La quantité des diatomées dans les eaux permet de déterminer les possibilités de vie, et donc d’une certaine manière à connaître la qualité de l’eau pour son usage. Elles sont donc utilisées "en tant que bio-indicateurs" de qualité de l’eau.

Bref les quelques 2000 espèces de diatomées marines, d’eau saumâtre, ou d’eau douce que compte le continent européen sont d’une importance cruciale pour l’avenir de la planète, du fait de leur taille microscopique, nous devons nous contenter de consulter les ouvrages en notre possession, ou nous lancer dans leur découverte ...
C’est expliqué également dans l’ouvrage cité en référence.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP