13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du (...)

De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon

Dernière mise à jour le mardi 17 octobre 2017

Article paru sur le site "France info :"
- 28 septembre 2017
Visualiser l’article original


Des centaines d’espèces d’animaux marins ont traversé l’océan Pacifique, agrippées à des débris du tsunami qui a dévasté une partie du Japon en 2011, révèle une étude publiée jeudi 28 septembre dans la revue américaine Science.

Un total de 289 espèces ont été découvertes aux Etats-Unis sur ces radeaux de fortune en provenance du Japon entre 2012 et 2017, selon les scientifiques. "Ca s’est révélé être l’une des expériences naturelles dans le domaine de la biologie marine les plus importantes et les plus imprévues, peut-être de toute l’histoire", estime John Chapman, de l’université d’Etat de l’Oregon.
Moules, vers, crustacés et limaces de mer

Parmi ces voyageurs opportunistes se trouvent des moules, des vers, des crustacés et des limaces de mer. Près des deux tiers de ces espèces n’avaient jamais été identifiées sur la côte ouest des Etats-Unis. "Je ne pensais pas que la plupart de ces organismes du littoral pouvaient survivre en mer pendant d’aussi longues périodes", a relevé Greg Ruiz, un biologiste marin du centre de recherche environnemental Smithsonian. "Ils n’avaient pas vraiment eu non plus une telle opportunité par le passé. Désormais, le plastique associé à un tsunami et à des tempêtes peut créer des opportunités à grande échelle", a-t-il poursuivi.

Le tsunami japonais en question s’est formé le 11 mars 2011, après un séisme de magnitude 9 sur l’échelle ouverte de Richter. Des débris du tsunami – comprenant notamment des morceaux de bouées, de caisses, de navires – transportant des organismes vivants ont commencé à atteindre le rivage de Hawaï et l’ouest de l’Amérique du Nord en 2012. Si elles ont ralenti, ces arrivées se poursuivent toujours. De nouvelles espèces ont ainsi été découvertes lorsque l’étude s’achevait en 2017.
Des migrations peut-être plus fréquentes à l’avenir

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP