12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque 10 mai : Lanvéoc. L’École navale attend 200 bateaux 5 mai : Bretagne. Les phares d’Iroise classés Monuments historiques 4 mai : Morbihan. 1,2 million de naissains de Saint-Jacques déversés en mer 30 avril : plozévet. Des milliers de lançons échoués sur la plage29 avril : Palourdes. Le compte est bon à Martin-plage27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Criste-marine (plante)

Criste-marine (plante)

Crithmum maritimum

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013


Appelée aussi perce-pierre, ses racines se faufilent dans les anfractuosités des rochers.


Criste-marine

- la réputation de cette plante s’appuie sur sa robustesse ; il est vrai qu’on la rencontre partout le long du littoral français puisque l’on considère qu’elle est présente de l’Écosse jusqu’au sud de l’Espagne.

- on dit qu’elle résiste aux pires tempêtes et que son système racinaire se développe dix fois plus que sa partie aérienne hors sol, ses racines filant et s’accrochant dans les moindres failles d’un rocher.

- on peut la trouver jusqu’à 60 mètres en l’air ou au ras de l’eau, mais elle n’apprécie pas les bains salés épisodiques !

- la criste-marine est assez souvent utilisée en complément ou à la place des cornichons, elle est du reste conservée de la même façon que les cornichons, dans du vinaigre aromatisé aux oignons grelots et au poivre noir en grain.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP