25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom
Accueil > Les espèces > Elevées > Coquillages - Ormeau d’élevage

Coquillages - Ormeau d’élevage

Halioticulture

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011

Un vieux rêve deviendrait-il réalité ?

Faisabilité et réalités marines !



Hier :

L’ormeau d’élevage ressemblait à l’Arlésienne, on en parlait beaucoup, on ne le voyait jamais !

Depuis le début du siècle dernier, de doux rêveurs ainsi que des pêcheurs chevronnés ont souhaité (ou ont même commencé) des expériences en la matière, mais n’ont jamais pu réaliser leur rêve !


Aujourd’hui :

L’ormeau, la "truffe de la mer", se raréfie, sur les côtes bretonnes comme ailleurs.
Pour préserver la ressource, la pêche commerciale est d’ailleurs très réglementée.

Devant ce constat, Guirec Rollando et son associé Sylvain Huchette, de France Haliotis
, ont parié sur l’élevage.
Cela se passe au phare de l’île Vierge, sur la commune de Plouguerneau (29).

Une expérience "grandeur nature" si j’ose dire, soutenue par la région Bretagne (Bretagne ensemble - Le journal de la région, N° 7, Septembre 2007) est en cours, grâce à cette entreprise, créée en avril 2004, qui tente de valoriser son élevage d’ormeaux de pleine mer.

Déroulement de l’expérience dans leur écloserie de Kérazan :
- tout d’abord, par un choc thermique sur des sujets adultes prélevés sur la ressource (avec autorisation), éclosion des larves
- ensuite, ces larves sont en "grossissement" dans des bassins d’eau de mer
- et, enfin, élevage des ormeaux en mer, dans des cages en plastique, au contact d’algues soigneusement choisies comme pâture pour ces délicieux gastéropodes.

Leur but est de commercialiser sous 5 ans des ormeaux (haliotis tuberculata) de 7 à 8 cm .

Dans l’intervalle, l’entreprise commercialise des ormeaux juvéniles, à des éleveurs professionnels, espagnols notamment.

Depuis septembre 2006, elle commercialise aussi, pour les restaurateurs (dont certains très réputés et très chers !), des ormeaux "cocktail" dont la taille est de 4 cm ou plus.

Le particulier peut aussi passer commande de ces fameux ormeaux "cocktail".
Les prix n’ont rien à envier "aux ormeaux sauvages de pays" ramassés à la grande marée par les détenteurs de licences spéciales !

Dans le même temps, l’entreprise essaie de maîtriser, avec le concours des institutionnels, les problèmes parasitaires et pathologiques posés à l’élevage des ormeaux, mais qui sévissent aussi chez les ormeaux sauvages victimes de mortalités importantes.

Le but final avoué :
- à long terme, but d’importance, créer une filière nationale d’élevage
- à court terme (2008), viser le marché européen
- à moyen terme, le marché Asiatique......

Une histoire commerciale à suivre..... dont la couverture médiatique semble assurée


Une autre expérience existe en Normandie : "Normandie abalone"


D’autres méthodes existent.
En particulier l’une d’entre elles, décrite par Bibliomer, dont je vous parlerai lorsque j’aurai plus d’informations.
Notons qu’il ne s’agit pas de l’haliothis tubercula mais d’une espèce japonaise.


En conclusion :

Il semblerait que les Australiens n’aient pas attendu les Français pour faire fortune dans l’ormeau, :
- même si ces élevages sont réalisés en bassin, la nourriture étant du granulé à base de farine de poisson, ce qui semble assez cocasse puisque l’ormeau est un herbivore !
- en fait les Français n’ont fait que prendre modèle sur eux, mais en tentant pour ce qui est de France-Haliotis d’élever les ormeaux en pleine mer avec les mêmes algues que mangent les ormeaux sauvages.
- Il est bon de noter également que France- Haliotis développe depuis plusieurs années un nouveau procédé d’élevage en rapport avec le biotope ambiant et l’espèce d’ormeau présente en France
- et les Canadiens s’y essaient aussi.


Note :

Selon l’encyclopédie wikipedia : il existerait plus de 60 espèces d’ormeaux dans les mers du globe.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP