21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été 29 mai : Moules Mystérieuse hécatombe en rade de Brest12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque 10 mai : Lanvéoc. L’École navale attend 200 bateaux
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Concombre de mer (holothurie)

Concombre de mer (holothurie)

holothurie

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013


Ce boudin flasque n’attire pas vraiment le regard, même si certains sont de couleurs assez denses !
Mais plutôt que se faire voir, il cherche surtout à se confondre avec son environnement et il y réussit parfaitement !



concombre de mer

- la bouche de ce concombre est à l’extrémité droite sur la photo, elle est garnie d’un foisonnement de petites tentacules rétractiles.

- les concombres sont rarement lisses, presque tous sont tuberculés ; les petites excroissances pointues ne piquent pas, elles se rétractent même.

- celui-ci mesure entre 15 et 20 cm suivant sa position car il peut se gonfler et donc raccourcir ou s’allonger ou même former un cercle.
- mais certains concombres peuvent dépasser 30 cm !


Concombre de mer dessous

- il existe un grand nombre de concombres de mer de colorations et de formes différentes.

- beaucoup d’entre eux ont le dessus et le dessous dissemblables ; c’est le cas de celui-ci qui a le ventre blanchâtre.


Le concombre attaque

- le concombre, lorsqu’il est importuné, peut attaquer et donc se défendre.
- ici, de grands jets collants entourent la pointe de mon râteau ; ces jets, au contact de l’eau, deviennent solides, mais souples, créant une réelle résistance.
- les vrais prédateurs auront de sérieux problèmes !

- de plus il semblerait que l’animal puisse régurgiter ces fils pour les recycler pour la prochaine fois, la nature est tout de même bien faite, non ?


Habitat et habitudes alimentaires :

- le concombre de mer vit en général à 20 mètres de profondeur sur nos côtes.

- il se nourrit en absorbant des micro-organismes ou micro-particules présents sur le sable ou les gravières.

- on considère actuellement que le concombre de mer participe à la dépollution et à l’épuration de son milieu ambiant ; il est capable d’absorber jusqu’à 450 kg/an de matières en suspension.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP