19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Recettes > Par ordre alphabétique > Cocos de Paimpol - cuisson

Cocos de Paimpol - cuisson

Dernière mise à jour le lundi 15 décembre 2014

Les cocos de Paimpol une fois écossés peuvent être conservés secs ou congelés.



Ingrédients pour quatre personnes :

- 400 g de cocos frais écossés,
- 3 belles carottes,
- 2 beaux oignons de Roscoff,
- 2 branches de persil frisé ou 2 cuillerées à café rases de persil frisé haché,
- 2 gousses d’ail,
- 25 g de beurre baratté salé,
- 100 ml d’Auxerrois (Alsace),
- 1 petite branche de thym,
- sel, poivre, eau.

Mode de préparation :

- couper les carottes en rondelles fines,
- couper les oignons en quatre,
- écraser les gousses d’ail,

Dans une sauteuse ou un faitout :
- faire fondre le beurre,
- ajouter dans l’ordre : l’ail, le persil, le thym, les oignons, les carottes,
- faire fricasser le tout durant une dizaine de minutes,
- ajouter le vin, puis les cocos
- couvrir d’eau largement (2 cm au dessus des cocos)
- poivrer avec modération
- NE PAS METTRE DE SEL car vos cocos deviendraient durs !
- cuire sous couvercle pendant deux heures,
- au bout d’une heure 3/4 vous pouvez saler vos cocos très modérément en vous souvenant qu’ils devront êtres réchauffés avant d’être servis.



Remarques :

- Les cocos de Paimpol ainsi préparés accompagnent très bien les poissons d’une façon habituelle, et tout particulièrement le lieu jaune, l’églefin, ou la morue fraîche.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP