16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux
Accueil > Actualités de la mer > Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues

Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues

Dernière mise à jour le lundi 25 décembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 22 Décembre 2017
Visualiser l’article original


Les diatomées, ces algues brunes représentées, ici, en image de synthèse, rendent davantage de services qu’on ne l’imaginait à la planète, révèlent les travaux auxquels a notamment participé le Brestois Paul Tréguer.
L’arrivée de l’hiver n’incite guère à penser au réchauffement climatique. Mais des scientifiques ne le perdent pas de vue et seize d’entre eux, dont trois Brestois (*), viennent de publier une découverte dans la prestigieuse revue britannique Nature Geoscience. Les océans absorbent du dioxyde de carbone (environ un quart des rejets humains de CO2), ralentissant ainsi l’effet de serre. Les micro-algues des eaux de surface (soit à moins de 1.000 mètres de profondeur) transforment par photosynthèse ce gaz carbonique en carbone organique, plus lourd que l’eau. Il descend vers l’océan profond, où il est séquestré pour plus d’un siècle, voire mille ans, dans ces eaux plus froides et stables. Mais on a sous-estimé le rôle des diatomées siliceuses dans ce transfert.
Un déclin incertain

On ne rend pas assez grâce à ces algues brunes microscopiques, protégées d’une cuirasse de silice, des services (relatifs) qu’elles rendent à la planète. Quand elles meurent, le carbone qu’elles renferment n’est pas régénéré sous forme de gaz carbonique dans les premiers 1.000 mètres, comme on le croyait, les laissant en contact avec l’atmosphère. Leurs carapaces de verre (appelons-la ainsi) l’emprisonnent et, alourdies, gagnent les abysses.

Ces chercheurs ont montré aussi que les diatomées n’ont pas toutes la même efficacité selon leur taille, leur forme, leur degré de silicification et leur environnement. Et, enfin, que leur déclin, dans un océan qui se réchauffe et se stratifie (avec un écart de température croissant entre surface et profondeur), reste incertain. Ils envisagent qu’elles s’adaptent au changement climatique et à l’acidification des océans, et poursuivent leur bonne oeuvre.
Une bombe à retardement

La capacité de ces micro-algues à entraîner par le fond ce carbone qui compromet notre avenir est de nature à rassurer. Mais, au-delà du fait que leur action ne suffit pas à compenser nos rejets, que devient ce carbone après quelques siècles ? Un parcours complexe, tracé par les courants et les différences de températures des eaux sur tout le globe, l’amène à remonter. Une bombe à retardement, pour une époque encore un peu lointaine à l’échelle humaine ? « On peut dire cela », confirme Paul Tréguer, un des auteurs brestois de l’article.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP