25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Chou maritime (plante)

Chou maritime (plante)

Crambe maritima

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013



Chou maritime


Description sommaire :

- le chou maritime, de la famille des crucifères, est une plante vivace d’un vert grisâtre dont les feuilles sont assez épaisses.
- sa taille varie en fonction des conditions climatiques du lieu et des vents : de 30 à 70 cm.

- il fleurit de début mai à fin juin-début juillet.
- ses fruits ressemblent à des petites poires à l’envers.


Où le trouver ?

Le chou maritime était très commun il y a une trentaine d’années et il était consommé un peu partout.

- on trouve ce genre de chou sauvage dans les même terrains que les chardons maritimes, à savoir le long des chemins de dunes (Home Varaville 14), ou même dans le haut des plages de galets (L’Arcouest - Côtes d’Armor), ou en Finistère, par exemple.
- mais on peut le trouver aussi dans des anfractuosités de rochers.
- le plus souvent, on trouve cette plante rassemblée par paquets accotés à un rocher, le pied dans le sable.

Ce chou n’a pas été victime des gastronomes, mais du piétinement, et de l’arrachage sauvage.

- le chou maritime fait l’objet d’une protection sur l’ensemble du territoire métropolitain Français.
- il fait, de surcroît, l’objet d’une protection dans le cadre des parcs et espaces naturels protégés et tout particulièrement au sein de la réserve naturelle régionale du Sillon de Talbert (Pleubian - Côtes d’Armor).



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP