25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Chardon bleu des sables (plante)

Chardon bleu des sables (plante)

Eryngium maritimum

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013


Une superbe plante épineuse qui, malheureusement, est victime du vandalisme ordinaire !
Les gens se disent que "si c’est là, c’est que ça n’appartient à personne", triste mentalité !


Hardon bleu ou panicaut maritime

Photographié dans les Côtes d’Armor en 2009

Description sommaire :

- le chardon bleu des sables est une plante vivace, épineuse, de la famille des ombellifères ou apiacées et non pas comme son nom pourrait le faire penser "aux composées ou astéracées".
- généralement peu élevé car souvent couché par les vents, sa taille est comprise entre 30 et 60 cm.

- il fleurit de juin à septembre.


Où le trouver ?

Appelée aussi "panicaut de mer", le "chardon bleu des sables" ou "chardon des dunes" était une plante autrefois très courante.
Elle est devenue rarissime dans certains départements littoraux de l’ouest.

- on la trouvait le long de chemin de dunes (Home Varaville 14), ou même dans le haut des plages de galets (L’Arcouest 22), ou en Finistère, par exemple.
- on peut également la trouver dans les dunes du midi.

On disait d’elle qu’elle poussait comme du chiendent ... mais foulée par des milliers de gens durant tous les étés elle n’a pas résisté.

- aujourd’hui c’est une plante protégée du parc d’Armorique, et de beaucoup de promeneurs qui sont devenus autant de veilleurs, de protecteurs.
Panicaut maritime



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP