19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité

Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité

Dernière mise à jour le mardi 14 mars 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 13 Mars 2017
Visualiser l’article original


Les concombres de mer calédoniens font des envieux : ces holothuries, prisées des gourmets asiatiques, vivent toujours en nombre dans les eaux proches du Caillou mais ont été surpêchées ailleurs.
Et elles suscitent l’appétit de pêcheurs vietnamiens qui, depuis peu, viennent y braconner. « C’est un phénomène que nous observons depuis environ neuf mois. Soixante-dix bateaux ont été identifiés, 55 verbalisés et cinq ont été arraisonnés. » Jean-Louis Fournier, le commandant de la zone maritime en Nouvelle-Calédonie, est inquiet pour l’avenir des concombres de mer du Caillou.
Et pour cause : cinq capitaines vietnamiens purgent actuellement des peines de huit à dix mois de prison pour le braconnage d’holothuries. Plusieurs tonnes de la précieuse marchandise ont été saisies, ces derniers mois, et une trentaine de matelots ont été renvoyés au Vietnam.
« Des flottilles bien organisées »
Surnommés les « blue boats » en raison de leur coque bleue, ces bateaux pirates font trois à quatre semaines de mer dans des conditions spartiates depuis les côtes vietnamiennes pour venir pêcher illégalement, généralement dans le nord de la vaste zone économique exclusive (ZEE) de l’archipel français (1,3 million de km²).
« À bord, ces pêcheurs n’ont pas de papiers, pas d’argent, pas de carte mais ils sont très déterminés. Ils pêchent au narguilé (méthode de pêche dangereuse qui consiste à plonger avec un mince tube d’air relié au bateau, NDLR), entre dix à 40 mètres de profondeur », explique le commandant Fournier qui évoque « des flottilles bien organisées ».
1.000 à 2.000 euros le kilo

Lire l’article complet …

****


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP