30 avril : plozévet. Des milliers de lançons échoués sur la plage29 avril : Palourdes. Le compte est bon à Martin-plage27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin
Accueil > Actualités de la mer > Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité

Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité

Dernière mise à jour le mardi 14 mars 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 13 Mars 2017
Visualiser l’article original


Les concombres de mer calédoniens font des envieux : ces holothuries, prisées des gourmets asiatiques, vivent toujours en nombre dans les eaux proches du Caillou mais ont été surpêchées ailleurs.
Et elles suscitent l’appétit de pêcheurs vietnamiens qui, depuis peu, viennent y braconner. « C’est un phénomène que nous observons depuis environ neuf mois. Soixante-dix bateaux ont été identifiés, 55 verbalisés et cinq ont été arraisonnés. » Jean-Louis Fournier, le commandant de la zone maritime en Nouvelle-Calédonie, est inquiet pour l’avenir des concombres de mer du Caillou.
Et pour cause : cinq capitaines vietnamiens purgent actuellement des peines de huit à dix mois de prison pour le braconnage d’holothuries. Plusieurs tonnes de la précieuse marchandise ont été saisies, ces derniers mois, et une trentaine de matelots ont été renvoyés au Vietnam.
« Des flottilles bien organisées »
Surnommés les « blue boats » en raison de leur coque bleue, ces bateaux pirates font trois à quatre semaines de mer dans des conditions spartiates depuis les côtes vietnamiennes pour venir pêcher illégalement, généralement dans le nord de la vaste zone économique exclusive (ZEE) de l’archipel français (1,3 million de km²).
« À bord, ces pêcheurs n’ont pas de papiers, pas d’argent, pas de carte mais ils sont très déterminés. Ils pêchent au narguilé (méthode de pêche dangereuse qui consiste à plonger avec un mince tube d’air relié au bateau, NDLR), entre dix à 40 mètres de profondeur », explique le commandant Fournier qui évoque « des flottilles bien organisées ».
1.000 à 2.000 euros le kilo

Lire l’article complet …

****


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP