13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > CO2, la mer défoncée à l’acide

CO2, la mer défoncée à l’acide

Dernière mise à jour le lundi 3 septembre 2018

Article paru sur le site "Libération :"
- 30 Août 2018
Visualiser l’article original


Depuis la révolution industrielle, les émissions de dioxyde de carbone n’ont eu de cesse d’augmenter dans l’atmosphère, modifiant et menaçant les organismes et les écosystèmes marins indispensables à la régulation du réchauffement climatique.
Le CO2, toujours le CO2. Le principal gaz à effet de serre que les humains émettent en quantité depuis l’époque industrielle est le grand responsable du réchauffement climatique. Seulement, on l’oublie souvent, ce mauvais garçon provoque l’acidification des océans, une des conséquences majeures de nos émissions.
Comment le changement climatique engendre-t-il l’acidification des océans ?

« L’océan et l’atmosphère échangent depuis toujours naturellement du dioxyde de carbone, explique la chercheuse au CNRS spécialiste de la géochimie marine Catherine Jeandel. C’est un gaz soluble dans l’eau, surtout les eaux froides.
Il s’y dissocie pour former des ions H+ qui rendent l’eau plus acide. » C’est le même phénomène que pour les sodas. Chaque jour, 30 millions de tonnes de CO2 sont absorbées sur les premières centaines de mètres de surface marine, soit entre un quart et un tiers de ce qui est émis par les activités humaines. Tout comme les forêts qui stockent près de 40 % du carbone terrestre (en incluant à la fois biomasse végétale et sol).
« Grâce au phytoplancton, l’océan crée 50 % de l’oxygène qu’on respire, ajoute le directeur de l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), Vincent Laudet. Seulement, cette pompe marche tant que le plancton se développe bien. Avec l’acidification des océans, qui empêche une bonne fixation du carbone dans le carbonate de calcium, cette fonction pourrait bien diminuer. » Jusqu’à quel point les surfaces marines arriveront-elles à capter du carbone ?
Difficile à dire. Pour la chercheuse Françoise Gaill, de la plateforme Océan et Climat, il existe « une limite de chaleur que l’océan peut capturer, mais nous ne la connaissons pas encore. Atteindre ce seuil de saturation aura des conséquences dramatiques pour la vie sur Terre ».
Quelle augmentation de l’acidité observons-nous et quelles projections ?
…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP