24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Bord à Bord. 20 ans et un déménagement

Bord à Bord. 20 ans et un déménagement

Dernière mise à jour le jeudi 24 novembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 17 Novembre 2016
Visualiser l’article original


Du tartare d’algues au citron confit, du nori mariné, du tsukudani d’algue kombu ou encore de la moutarde aux algues fraîches : au total, une dizaine de recettes sont composées dans l’unité de fabrication de la société Algue Service, plus connue sous le nom de Bord à Bord, la marque de commercialisation de ses produits.
Ducasse l’un de ses premiers clients
« On emploie un chef qui gère spécialement toute cette partie gustative », fait savoir Henri Courtois, le gérant d’une SARL qui a pris de l’ampleur ces derniers mois. Le 16 août, l’entreprise a investi de nouveaux locaux à la gare de Taulé.
« Notre site à Roscoff était devenu trop étroit », indique le dirigeant, qui a installé sa société dans l’ancien bâtiment de la Sdab (Société de distribution et d’approvisionnement de Bretagne), inoccupé depuis la liquidation judiciaire de l’entreprise de mareyage il y a cinq ans.
« Enfin, on respire ! », sourit Henri Courtois, dont les équipes disposent désormais de 1.900 m² d’ateliers. « Entre le bâtiment et certains matériels qu’on a renouvelés, on a investi aux environs d’un million d’euros », confie le gérant, à l’origine de l’entreprise fondée en 1996 à Paris.
« À l’époque, j’étais seul. Je fabriquais mes produits avec l’aide d’un ami traiteur. L’un de mes premiers clients fut le restaurateur Alain Ducasse », rappelle-t-il, non sans une pointe de fierté.
Six espèces d’algues

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP