23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Bopyre de la crevette rose

Bopyre de la crevette rose

Bopyrus squallarum

Dernière mise à jour le mardi 20 mai 2014

Si vous mangez de la crevette rose depuis un certain temps, vous avez sûrement vu ce petit "machin" rond et légèrement proéminent sur le côté de la tête de certaines de vos crevettes !



- Bopyrus squallarum sur bouquet
- parasite de la crevette rose


Bopyrus squallarum
- parasite de la crevette rose (vu de côté)


Bopyrus détaché intérieur
- le parasite détaché de la crevette


Bopyrus squallarum Femelle(intérieur)
- l’intérieur du parasite (grossi environ 6 fois)


Bopyrus squallarum Femelle vue de dessus
- le même parasite détaché de la crevette et vu de dessus (grossi environ 6 fois)


Description :

- Le bopyre est un crustacé isopode, il parasite également d’autres crustacés.

- Au stade larvaire, il vit aux dépends de copépodes pélagiques puis, à l’âge adulte, se fixe définitivement sous la carapace d’une crevette rose (palaemon serratus) au niveau des branchies dont il suce le sang pour se nourrir, c’est le bopyrus squallarum.

- La femelle est la plus grosse (photographiée ci-dessus), le mâle est 7 à 8 fois plus petit et vit souvent à côté ou sous la femelle (mais là ne semble pas être visible).

- Il existe d’autres crustacés du même genre qui colonisent d’autres espèces de crevettes comme la crevette Hippolyte ou la crevette autruche.

- L’ensemble de ces parasites sont présents dans beaucoup de mers du globe, la Méditerranée, la Mer Noire, en Atlantique NE, mais aussi Indo-Pacifique et même le long du littoral Japonais.

- Il existerait 200 espèces de crustacés isopodes marins différents en Europe et 10 000 dans l’ensemble des mers.

- Ils possèdent en général tous une tête et deux yeux proéminents, 2 paires d’antennes et un thorax de 7 segments, sans carapace.


Bibliographie :

- Coquillages Bretons et directement sur le site www.brigoudou.fr (fiches mensuelles)
- Doris
- Guide des bords de mer



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP