20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Bolinche on a pris en mains notre destin

Bolinche on a pris en mains notre destin

Dernière mise à jour le samedi 30 septembre 2017

Article paru sur le site " :"
- 26 Septembre 2017
Visualiser l’article original


"Il faut se souvenir du début des années 90, quand personne ne s’intéressait à notre sardine, ce poisson qui ne représentait pas grand-chose, seules des personnes comme Alain Furic y ont cru, donnant alors un élan grâce auquel nous avons grandi ».
Les propos de Patrice Pétillon, patron concarnois du bolincheur War Raog IV, illustrent l’évolution spectaculaire de la pêcherie de sardines en Bretagne sud.
Il était invité voici quelques jours à Douarnenez pour célébrer les vingt ans de l’écolabel MSC (Marine Stewardship Council), qui avait certifié la bolinche une première fois en 2010, à la stupeur de certains ligneurs et fileyeurs. Mais la certification a été renouvelée en début d’année.
Des licences pour gérer la ressource

Cette reconnaissance internationale salue le travail de l’association des bolincheurs de Bretagne, qui gère la pêcherie de manière autonome.
La sardine n’étant pas soumise à quotas, ils ont mis en place, voici déjà de nombreuses années, des licences pour permettre une meilleure gestion de la ressource.

« C’était une volonté des patrons de prendre eux-mêmes leur destin en main », rappelle Patrice Pétillon.
« Nous n’avons pas changé notre façon de travailler avec le label, il nous a ouvert certains marchés en frais et chez les industriels, mais ne fait que conforter l’organisation que nous avions déjà engagée », complète Gaétan Lappart, le patron de l’Esperantza, de Saint-Guénolé. L’organisation est revue chaque année, en s’appuyant sur les échanges avec Ifremer.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP