14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie

Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie

Dernière mise à jour le mercredi 31 octobre 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Octobre 2018
Visualiser l’article original


Le WWF (World wide fund for nature) tire la sonnette d’alarme, pointant notamment la consommation effrénée de l’homme ces dernières décennies. Dans son rapport « Planète vivante », une étude sur l’état de santé de la planète réalisée tous les deux ans, l’ONG préconise des mesures ambitieuses sans quoi, « la planète court à sa perte ».

Quel état des lieux ?

En à peine 45 ans, la population des vertébrés a diminué de 60 %, sur la période 1970 à 2014. Un chiffre qui grimpe à 89 % sous les tropiques, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. C’est l’estimation du WWF dans son dernier rapport « Planète vivante », une analyse scientifique que l’ONG réalise tous les deux ans sur l’état de santé de la planète. « C’est un rythme cent à mille fois supérieur au taux naturel », juge Pascal Canfin, directeur général du WWF France.
La disparition des pollinisateurs, qui pâtissent de l’expansion urbaine et de l’intensification agricole, préoccupe également le WWF, qui rappelle qu’un tiers de la production mondiale alimentaire dépend d’eux. Menace aussi sur les sols, puisque seul un quart des terres de la planète n’est pratiquement pas impacté par l’activité humaine. Une proportion qui chuterait à un dixième seulement en 2050, d’après le rapport.

À qui la faute ?

Pour Marco Lambertini, directeur du WWF international, la cause de l’appauvrissement de la biodiversité est claire : « Il est avéré depuis de nombreuses années qu’à cause de nous, la planète court à sa perte ».
Les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur la biodiversité - la perte et dégradation de leurs habitats et la surexploitation - sont liées aux activités humaines.
Ainsi, une étude a démontré que l’agriculture commerciale à grande échelle et l’agriculture vivrière locale étaient responsables d’environ 40 % et 33 % de la conversion des forêts, entre 2000 et 2010. Les 27 % restants seraient dus à la croissance urbaine, à l’expansion des infrastructures et à l’exploitation minière.

Pourquoi c’est inquiétant ?
…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP