19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port

Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port

Dernière mise à jour le samedi 18 février 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 16 Février 2017
Visualiser l’article original


Le petit port de Penlan, en fond de baie de Vilaine, vit un second fléau. Après l’envasement consécutif à la construction du barrage d’Arzal en 1970, voici les huîtres du réchauffement climatique.

Il y a dix ans, quand les coquillages ont commencé à tapisser les fonds, personne n’y a trop prêté attention. Aujourd’hui, cette prolifération est une grosse source d’inquiétude.

Le phénomène n’est pas local. « On le rencontre partout sur les côtes », indique Christophe Danquerque, adjoint à l’environnement. Et il s’explique par l’élévation de la température de l’eau. Mais à Billiers, le risque est que l’activité portuaire soit paralysée. « Par certaines hauteurs d’eau, le passage devient limite », précise Christophe Danquerque.

Ces huîtres non seulement s’étalent en longueur mais elles s’entreposent les unes sur les autres. Elles ont déjà bien envahi la partie principale de ce port à l’abri des houles de suroît grâce à une barre de rochers et à la dune d’Ambon. Elles poursuivent leur colonisation dans le chenal qui s’étire dans les marais.

« Ça va devenir une gêne aussi pour la base nautique de locations que nous avons pendant l’été », ajoute Christophe Danquerque. Sans compter les mises en garde contre des dangers de coupures profondes pour ceux qui s’aventurent à marée basse.
Des hauteurs d’un mètre

La solution ? Faire un nettoyage complet, sinon, dans quelques années, ce sont des récifs qui vont se former. C’est la décision prise par la municipalité. « Mais ce n’est pas si simple que cela, dit Christophe Danquerque. Nous avons fait réaliser une étude.

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP