27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Recettes > Mes ingrédients > Beurre

Beurre

Dernière mise à jour le samedi 2 juillet 2016



Il est bien difficile de trouver du bon beurre de nos jours !

Le choix est pourtant vaste sur les gondoles des supermarchés, des épiceries (plus très nombreuses) et des crèmeries (qui se comptent désormais sur les doigts d’une main) dans la plupart des grandes villes ; autres temps, autres moeurs ....

Heureusement il nous reste les marchés !

Le beurre que j’achète, c’est du beurre baratté demi-sel, vendu à la motte ; depuis plusieurs années, j’achète du beurre du Cotentin, du moins pour l’ordinaire.
2015 un commerce proximité (Tercoc, anciennement Mauricette Place Napoléon III Bellevue Brest a aussi un beurre à la motte de Pacé (35) qui est très bon à un prix raisonnable, ainsi que de la crème fraîche excellente)

Depuis quelques temps, j’achète également du beurre de ferme produit dans mon secteur géographique, un beurre comme dans le temps, qui change de goût avec les saisons, qui est vraiment excellent, mais plus onéreux que les beurres industriels.
C’est pourquoi je le prends plus en accompagnement que pour faire la cuisine ..... sur du pain pour manger avec les fruits de mer, c’est merveilleux !
Comme tous les beurres frais, il se conserve au plus une dizaine de jours, (à l’air libre s’entend, au réfrigérateur il est probable qu’il tiendrait la quinzaine), ce qui est logique, car c’est un beurre parfaitement travaillé, mais qui reste un beurre crémeux, bon au goût , agréable à manger.
C’est un beurre qui se différencie de ces ersatz que l’on fabrique depuis 25 ans, secs et sans goût, blancs ou faiblement colorés, sans odeur, ces beurres purifiés, aseptisés, standardisés ! 2015 Le problème c’est quand une petite usine vit sur ses lauriers, et que les lauriers sèchent fautes d’un manque de suivi.....et que cela dure trop longtemps....

D’ailleurs nous ne voyons plus que des soi-disant "beurres", mous, tendres, allégés, mélangés, sans ceci ou cela, malaxés, centrifugés, qui ressemblent à du beurre, sans en être.

Ce qui est indécent, c’est que cela puisse s’appeler : du BEURRE !

2015 Néanmoins il existe désormais des beurres barattés industriels, qui commencent à être consommables, par exemple des Bretons, qui commencent par un L et se terminent par un l aussi ;-)



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP