17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon 2 janvier : Dans le bassin d’Arcachon, des producteurs d’huîtres traditionnelles lancent une pétition contre les huîtres de laboratoire1er janvier : www.Manger-la-mer.org vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2017Décembre 2016 : Réveillon : une huître sur trois est "artificielle"Décembre 2016 : Florent Tarbouriech implante en Espagne son procédé d’"huîtres solaires"Décembre 2016 : Ostréiculture. Des « huîtres espionnes » pour déjouer les voleursDécembre 2016 : Huîtres d’Étel. « Ni trop salées, ni trop iodées »Décembre 2016 : Coquilles de la rade. Tous ne jouent pas le jeuDécembre 2016 : Fêtez Noël à Océanopolis !Décembre 2016 : Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire Décembre 2016 : Pêche au bar. Les ministres ménagent les professionnelsDécembre 2016 : L’UE s’accorde sur les quotas de pêche 2017Décembre 2016 : UBS. Des pistes pour valoriser la solieria Décembre 2016 : Dauphins échoués. Un séisme sous-marin évoquéDécembre 2016 : Coquilles Saint-Jacques. Première pêche aux GlénanDécembre 2016 : Le retour inespéré de la morue du NordDécembre 2016 : Rade de Brest. L’effort de pêche sur la praire menace-t-il le maërl ?
Accueil > Les espèces > Poissons > Bar commun

Bar commun

Dicentrarchus labrax

Dernière mise à jour le samedi 26 novembre 2016



Bars de ligne

Nom usuel bar
Noms régionaux braoc, loup
Nom en anglais seabass
Taille commune relevée 25 à 70 cm
Taille maximale à l’âge adulte 1 m
Poids maximum relevé
Maturité sexuelle 3 à 6 ans
Durée de vie maximale relevée 30 ans
Profondeur habituelle de 0 à -15 m
Sédentaire non
Pélagique oui
État de la ressource évaluée

en baisse (surpêche pélagique, et loisir)

Aquaculture Oui
Pays d’origine FR-U.E.
Présentation Entier, filet, frais ou congelé
Pêche autorisée ou interdite :
du 1er juillet au 31 décembre

Pêche à pied et de loisir
Réglementation mise à disposition par le Ministère de L’Écologie, du Développement et de l’Énergie
- voir ici l’intégralité de l’arrêté du 26/10/2012 consolidé au 23/02/2013

Taille minimale de prisePériodes de fermetureNbre prises/pers/jour
42 cm
1er janvier au 30 juin
1 par personne/jour

Marquage obligatoire

RAPPEL pêche de loisir : La vente des produits pêchés est rigoureusement interdite


Depuis 2006 les patrons de bateaux côtiers bretons se sont engagés à ne plus pêcher le bar durant sa période de reproduction (début février- mi mars).
Aidez-les vous aussi à le protéger en vous abstenant d’acheter du bar de ligne à cette saison !

On en parle : 2016 changement du nombre de prises pour la pêche récréative et de loisir :
1 bar par personne et par jour !
2016 le bar interdit du 01janvier au 30 juin, voir ici la nouvelle réglementation


Habitat et habitudes alimentaires du bar :

- le bar est un carnassier côtier, fréquentant les côtes rocheuses et les sables aux vagues déferlantes.
- il cherche les zones très oxygénées.
- il vit en bancs et remonte dans les estuaires le temps d’une marée.
- il peut supporter de grandes différences de salinités des eaux.

- comme presque tous les carnassiers, sa nourriture évolue avec sa croissance, mais à l’âge adulte il mange surtout des crevettes, des crabes, sardines, anchois, sprats, merlans, tacauds, lançons, mollusques et encornets.


Conseils d’achat :

Choisir un bar sur l’étal est relativement simple :
- il est brillant, joli à voir,
- il est assez raide,
- l’oeil est vif,
- la bouche n’est pas forcément serrée, mais ferme.

Pour être sûrs de ne pas vous tromper : achetez uniquement du bar de ligne !
Vous réglez ainsi deux problèmes d’un coup :
- d’une part, c’est un bar sauvage qui est relativement frais (mais non vidé)
- d’autre part, il a une taille règlementaire (42 cm ou plus)

Comment reconnaître un bar de ligne ?

Il doit être vendu avec son étiquette portant les mentions suivantes :
- « bar de ligne »
- le lieu de pêche
- la date de la capture
- et le nom du bateau.

Le bar d’élevage

Il est désormais fréquent de trouver du bar d’élevage sur les étals, est-il mauvais pour autant ?
- Non, mais sa chair ne vaut pas celle du bar sauvage !

De plus, son mode d’élevage contribue à polluer les estuaires et la mer.
En effet, toute concentration d’animaux en cage provoque des effluents dus aux défécations massives et aux apports de nourriture supérieurs à la consommation réelle des poissons.
D’autre part les aliments pour animaux contiennent presque toujours des compléments nutritifs, voire des antibiotiques ou des désinfectants.

De même toute concentration évoque à court ou moyen terme : germes, parasites, ou saprophytes.


Conseils de conservation :

Si vous devez le consommer dans les prochains jours :
- le bar se conserve relativement bien (comme presque tous les carnassiers).
- videz-le, lavez-le rapidement et essuyez le bien, mais ne l’écaillez surtout pas ! d’autant que si, par exemple, vous envisagez de le cuire au sel, il faut absolument lui conserver ses écailles.
- filmez-le et mettez-le au réfrigérateur.

Attention, au delà de 72 heures, vous prenez des risques sanitaires et vous perdez beaucoup de ses qualités gustatives.

Le bar se congèle également très bien.
- dans ce cas, videz-le, essuyez-le soigneusement, filmez-le et congelez-le immédiatement.
- cependant le conserver ainsi plus de 6 mois serait un non sens.


Recette(s) :

- Bar en croûte de sel
- Bar sur lit de goémon



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP