24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Balane (crustacé)

Balane (crustacé)

balanus balanus, balanus crenatus, balanus perforatus

Dernière mise à jour le samedi 28 décembre 2013


Encore un drôle de crustacé, trop petit pour être mangé !
Il n’y a pas une seule espèce de balanes mais plusieurs ...


Balane sur pétoncle

- ce drôle de petit crustacé se fixe sur des algues mais aussi sur les rochers, même ceux qui restent découverts durant de longues périodes.
- il peut aussi se fixer et se promener sur un coquillage (huître, pétoncle (comme sur la photo ci-dessus), coquille st-jacques, etc.)

- sa coquille ressemble à une patelle percée à son sommet mais, en la regardant de près, on s’aperçoit que sa coquille est composée de plusieurs plaques qui, réunies et bien serrées, lui permettent d’affronter les plus grosses vagues mais aussi de les protéger contre l’air, le vent, quand la mer se retire.


exemples de balanes :

- balanus balanus est une grosse balane (jusqu’à 30 mm à sa base) qui est composée de 6 plaques et qui peut vivre jusqu’à -100 mètres de profondeur.

- balanus crenatus peut faire jusqu’à 20 mm de diamètre ; elle est constituée elle aussi de 6 plaques, elle est blanche, peu ou pas côtelée ; elle vit sur le littoral français de zéro à -30 mètres environ et se reproduit en hiver.

- balanus perforatus est plus pointue que les autres ; elle se termine par une ouverture ovale "en cratère" ; elle se reproduit en été du pays de Galles à la Méditerranée !

balanus perforatus détails


(vous trouverez une excellente documentation dans le guide des bords de mer)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP