18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir

Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir

Dernière mise à jour le mercredi 2 mai 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Avril 2018
Visualiser l’article original


En mytiliculture, deux grandes visions s’opposent.
D’un côté des producteurs qui défendent un savoir-faire « à l’ancienne ». À savoir, un taux d’ensemencement élevé qui garantit un volume de moules conséquent à la fin de la saison. De l’autre des éleveurs qui préfèrent miser sur une stratégie commerciale qui repose sur la qualité.
On est impacté par les goélands et les macreuses, alors l’idée de baisser les volumes suscite la crainte de ne pas réussir à s’y retrouver », analyse un mytiliculteur d’Hillion. « Mais limiter le nombre de naissains sur les pieux permet de gagner en qualité.
Et cela réduit l’investissement humain et matériel consacré à la production », argumente de son côté un éleveur de la baie briochine.
Pour définir un cap, une première réunion, réunissant les treize éleveurs de la baie de Saint-Brieuc, s’est déroulée début avril. « L’idée c’est que l’on prenne des décisions ensemble. Nous avons tous des choses intéressantes à dire », explique Anthony Juin, président du syndicat de conchyliculture de la baie. Sauf qu’en attendant, d’autres baies affichent déjà un temps d’avance. À quelques kilomètres plus à l’est, en baie du Mont-Saint-Michel, s’est développée une culture plus « raisonnée ».

La baie du Mont-Saint-Michel, un exemple à suivre ?
« Depuis quinze ans, nous avons rééquilibré l’ensemencement entre les pieux qui se trouvent au large et ceux qui se trouve à terre », détaille Stéphane Hesry, patron de l’entreprise Cap à l’Ouest, installée sur le port mytilicole du Vivier-Sur-Mer (35). Cela figure même sur le cahier des charges de l’appellation d’origine protégée « Moules de bouchot de la baie du Mont-Saint-Michel ».
Logique, finalement, car pour gagner en qualité, les éleveurs considèrent qu’il faut que l’ensemble des mytiliculteurs de la baie réduise la densité de production.
« C’est là toute la difficulté du projet. Il faut faire preuve de pédagogie. Mais on a tous à gagner à aller vers plus de qualité », encourage Stéphane Hesry.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP