17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon 2 janvier : Dans le bassin d’Arcachon, des producteurs d’huîtres traditionnelles lancent une pétition contre les huîtres de laboratoire1er janvier : www.Manger-la-mer.org vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2017Décembre 2016 : Réveillon : une huître sur trois est "artificielle"Décembre 2016 : Florent Tarbouriech implante en Espagne son procédé d’"huîtres solaires"Décembre 2016 : Ostréiculture. Des « huîtres espionnes » pour déjouer les voleursDécembre 2016 : Huîtres d’Étel. « Ni trop salées, ni trop iodées »Décembre 2016 : Coquilles de la rade. Tous ne jouent pas le jeuDécembre 2016 : Fêtez Noël à Océanopolis !Décembre 2016 : Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire Décembre 2016 : Pêche au bar. Les ministres ménagent les professionnelsDécembre 2016 : L’UE s’accorde sur les quotas de pêche 2017Décembre 2016 : UBS. Des pistes pour valoriser la solieria Décembre 2016 : Dauphins échoués. Un séisme sous-marin évoquéDécembre 2016 : Coquilles Saint-Jacques. Première pêche aux GlénanDécembre 2016 : Le retour inespéré de la morue du NordDécembre 2016 : Rade de Brest. L’effort de pêche sur la praire menace-t-il le maërl ?
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Arroche pourprière ou Obione (plante)

Arroche pourprière ou Obione (plante)

Halimione portulacoides

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013


Photo prise au mois d’août 2008 dans une dune grise non loin du port de plaisance de Franceville (14).


Arrache pourpière (Obione)

L’obione, aussi appelée faux pourprier, pourprier marin, soreille, blanquette, est une plante solide !

- elle peut, par exemple, pousser sur des vasières ou des sables très salés, dans des estuaires, mais aussi dans des chemins loin des dunes, voire sur le pourtour des champs !
- elle peut subir les embruns et supporte même d’être recouverte par l’eau de mer de temps en temps.
- par contre elle ne supporte pas le piétinement, et donc les foules qui parcourent le littoral qui, sans le vouloir le plus souvent, ne se rendent pas compte qu’ici c’est l’obione qu’ils détruisent et qu’ailleurs ce sera une autre plante ...

- les poils présents sur ses feuilles la protègent du dessèchement dû au soleil et au vent, et d’une partie de la chaleur.
- ces poils participent aussi à l’élimination du sel sur les feuilles !

- l’obione est présente également sur les côtes méditerranéennes, avec les mêmes soucis (passage hors chemins).



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP