23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Arroche pourprière ou Obione (plante)

Arroche pourprière ou Obione (plante)

Halimione portulacoides

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013


Photo prise au mois d’août 2008 dans une dune grise non loin du port de plaisance de Franceville (14).


Arrache pourpière (Obione)

L’obione, aussi appelée faux pourprier, pourprier marin, soreille, blanquette, est une plante solide !

- elle peut, par exemple, pousser sur des vasières ou des sables très salés, dans des estuaires, mais aussi dans des chemins loin des dunes, voire sur le pourtour des champs !
- elle peut subir les embruns et supporte même d’être recouverte par l’eau de mer de temps en temps.
- par contre elle ne supporte pas le piétinement, et donc les foules qui parcourent le littoral qui, sans le vouloir le plus souvent, ne se rendent pas compte qu’ici c’est l’obione qu’ils détruisent et qu’ailleurs ce sera une autre plante ...

- les poils présents sur ses feuilles la protègent du dessèchement dû au soleil et au vent, et d’une partie de la chaleur.
- ces poils participent aussi à l’élimination du sel sur les feuilles !

- l’obione est présente également sur les côtes méditerranéennes, avec les mêmes soucis (passage hors chemins).



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP