24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Arénicole (ver)

Arénicole (ver)

Dernière mise à jour le dimanche 6 mars 2016



Vous ne le saviez pas, hé bien si ! ce ver (l’arénicole) a du coeur :-)

- c’est un ver mou qui, en faisant varier la pression de son corps, s’amincit pour pénétrer dans le sable, puis s’enfle en grossissant quelques anneaux, puis creuse, ou évacue du sable, ou rentre précipitamment dans le sol !

- ce ver fait de 120 à 250 mm de long
- sa couleur va du jaunâtre au rouge profond.

- il se nourrit en avalant les sables et les vases pour en digérer les micro-organismes et autres détritus.


Arénicole presque sorti

- l’arénicole durant sa promenade.


Il s'enfle pour mieux disparaître

- l’arénicole grossit, enfle, pour mieux disparaître !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP