12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque 10 mai : Lanvéoc. L’École navale attend 200 bateaux 5 mai : Bretagne. Les phares d’Iroise classés Monuments historiques 4 mai : Morbihan. 1,2 million de naissains de Saint-Jacques déversés en mer 30 avril : plozévet. Des milliers de lançons échoués sur la plage29 avril : Palourdes. Le compte est bon à Martin-plage27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé
Accueil > Actualités de la mer > Aquaculture. Des dérives pointées du doigt

Aquaculture. Des dérives pointées du doigt

Dernière mise à jour le vendredi 17 février 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 16 Février 2017
Visualiser l’article original


« Entre 1950 et 2013, 25 % des captures de poissons dans le monde (...) ont été réduites en farine et en huile », indique l’association française dans un rapport intitulé « Le côté obscur de l’aquaculture », réalisé avec deux universitaires canadiens, Megan Bailey (Dalhousie University) et Tim Cashion (University of British Columbia).

« Actuellement, c’est 20 % », précise Frédéric Le Manach, directeur scientifique de Bloom, notamment parce qu’une part croissante de la farine ou de l’huile provient désormais de déchets de poisson.

Mais en Europe, « il y a eu de grands changements », rappelle un professionnel français de l’aquaculture qui a requis l’anonymat : « Il y a 15 ans, on mettait 50 à 60 % de produits de poisson dans les aliments, à ce jour, on est à moins de 20 % ».
Essor en Asie

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP