13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Actualités de la mer > Aquaculture. Des dérives pointées du doigt

Aquaculture. Des dérives pointées du doigt

Dernière mise à jour le vendredi 17 février 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 16 Février 2017
Visualiser l’article original


« Entre 1950 et 2013, 25 % des captures de poissons dans le monde (...) ont été réduites en farine et en huile », indique l’association française dans un rapport intitulé « Le côté obscur de l’aquaculture », réalisé avec deux universitaires canadiens, Megan Bailey (Dalhousie University) et Tim Cashion (University of British Columbia).

« Actuellement, c’est 20 % », précise Frédéric Le Manach, directeur scientifique de Bloom, notamment parce qu’une part croissante de la farine ou de l’huile provient désormais de déchets de poisson.

Mais en Europe, « il y a eu de grands changements », rappelle un professionnel français de l’aquaculture qui a requis l’anonymat : « Il y a 15 ans, on mettait 50 à 60 % de produits de poisson dans les aliments, à ce jour, on est à moins de 20 % ».
Essor en Asie

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP