24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon
Accueil > La Mer (Métiers / Loisirs) > Métiers de la mer > Aquaculture - Cérastoculture (coques)

Aquaculture - Cérastoculture (coques)

Dernière mise à jour le vendredi 16 août 2013



La Cerastoculture est rarement un métier à part entière.

La cérastoculture est le plus souvent liée à la conchyliculture.

La ponte a lieu uniquement en milieu naturel en juin ou juillet.

En France, jusqu’à présent, on ne sait pas encore obtenir des naissains de coques (crastoderma edule).
- toutefois, certains "éleveurs" ont le droit de prélever (sous certaines conditions) des coques juvéniles en milieu naturel , lorsque leur diamètre atteint environ 10 mm.
- ils élèvent ensuite ces bébés coques durant 2 à 3 ans dans des sortes de lagunages d’eau de mer ou directement en ensemencement de grandes étendues de sable, notamment dans le traict du Croisic (44).

- la coque est un coquillage fouisseur et filtreur.
- il aime particulièrement les zones d’estuaires et de balancement des marées.
- le moyen de défense de la coque est son enfouissement extrêmement rapide dans le sable....
- les coques sont très sensibles aux pollutions et notamment à celles d’hydrocarbures qui tuent les juvéniles, mais peuvent également subir des mortalités estivales importantes dues aux conditions climatiques.
- la durée de vie des coques est de 3 à 4 ans et quelquefois même de 10 ans.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP