24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon
Accueil > La Mer (Métiers / Loisirs) > Métiers de la mer > Aquaculture - Algoculture (algues)

Aquaculture - Algoculture (algues)

Algues marines élevées

Dernière mise à jour le vendredi 16 août 2013


L’algoculture en France est un élevage assez récent, même s’il est probable qu’il ait déjà existé à l’époque romaine.
Aux 19ème et 20ème siècles, les algues n’étaient utilisées que comme amendement ou pour extraire de l’iode.



Les végétaux marins à vocation alimentaire :

La découverte en Corée, dans les tertres funéraires de Kiong-Ju, de fragments de
"chrysobiontes" du type "hizikia" et "undaria", au milieu de restes de repas fossilisés
datant de 10.000 ans, conduit à penser que ces plantes furent d’abord utilisées comme aliments.

Cette pratique s’est principalement poursuivie et développée au cours des millénaires dans les communautés asiatiques où le végétal marin fait partie de la ration alimentaire quotidienne.

On évalue entre 4 et 8 g par jour la quantité consommée par personne au Japon
et en Corée
 ; entre 7 et 10 g en Chine, soit une augmentation de 15 % par rapport à 1970 malgré une hausse importante des prix de détail.

- les habitants des Philippines sont friands des salades réalisées avec le "chlorobionte caulerpa lentillifera" (appelé aussi "raisin de mer") dont les ramifications courtes, globuleuses et dorées font penser à des petits grains de raisins mûris au soleil.

- les Indonésiens n’hésitent plus à introduire dans leur cuisine des fragments d’eucheuma denticulatum qui augmentent l’onctuosité des sauces.

- au Viêt-Nam, à Taïwan, en Thaïlande, le recours à des jeunes frondes rouges de "gracilaria" et de "porphyra", associées à du poisson et du riz, est de plus en plus fréquent.

- en Australie, le rôti d’agneau peut être servi avec des frondes d’eisenia frites.

- en Nouvelle-Zélande, eisenia est remplacé par de jeunes frondes de "macrocystis" et de "porphyra" roussies dans une cuillerée de beurre à la noisette.

Il n’est donc pas étonnant qu’en France nous nous intéressions de plus en plus aux algues dans un but alimentaire.

Témoin en Bretagne, Pierrick Leroux qui forme les consommateurs, sur le terrain, à cueillir et à cuisiner les algues pour elles-mêmes ou avec d’autres produits de la mer mais aussi de la terre ; l’algue devient légume !


Les algues : aliments d’élevage marin

- depuis peu des éleveurs de coquillages s’intéressent aussi à plusieurs sortes d’algues de nos côtes, tout particulièrement pour les donner à brouter à leurs animaux d’élevages, ormeaux notamment.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP