23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Anomie (coquillage)

Anomie (coquillage)

Anomia ephippium

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013

Les anomies sont le plus souvent collées sur une pierre, une algue, ou sur un autre animal.
Il semblerait que l’on en trouve de plus en plus dans les zones ostréicoles.
Mais elles "poussent" aussi dans les eaux saumâtres des estuaires.
D’une manière générale elles mesurent de 40 à 65 mm de diamètre.



Primitivement j’avais pris ce coquillage pour une petite huître, collée sur une coquille Saint-Jacques que je venais de décoquiller pour la cuisiner.

Mais c’est bien une anomie que j’ai découverte, entière, pour la première fois  !

anomia ephippium - collée sur une coquille Saint-Jacques


Anomie - valve droite - vue intérieure

anomia ephippium - valve droite, vue intérieure

- l’anomie est un coquillage dont on ne trouve généralement qu’une seule valve, la droite, dans les laisses de mer par exemple.

- c’est un coquillage très fin et cassant, dont la valve droite (celle du dessous, qui est collée sur le support) possède en son sommet un trou ouvert par lequel passe le byssus, calcifié en l’occurrence, permettant au mollusque de se fixer sur son support (ici une coquille Saint-Jacques).

- on l’appelle aussi, plus communément, "pelure d’oignon" tant la partie que l’on trouve le plus souvent sur le sable ou dans une laisse de mer est fine et friable.


Anomie entière - fermée - vue extérieure

anomia ephippium fermée - vue du dessous


Anomie entière - ouverte - vue extérieure

anomia ephippium ouverte - vue extérieure des 2 valves


Anomie entière - ouverte - vue intérieure

anomia ephippium ouverte - vue intérieure des 2 valves

- les couleurs de l’intérieur des coquilles vont du blanc sale au bleu nuit, mais d’une manière générale l’ensemble est vraiment très joli.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP