25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom
Accueil > Les espèces > Transformées > Conserves - Anchois

Conserves - Anchois

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011

L’anchois est moins consommé en France que dans bien des pays européens, comme l’Espagne par exemple !

L’anchois a néanmoins fait la notoriété d’une ville française : Collioure



L’anchois, travaillé au sel, date au moins du Moyen âge sur La turballe (44) et Saint Gilles croix de vie (85) où l’anchois a été pêché depuis l’époque des Romains ou même probablement avant !

Malheureusement la crise, due à la sur-pêche de l’anchois, latente depuis de nombreuses années de tergiversations, trouve son épilogue dans la fermeture de la pêche sur les côtes françaises depuis juillet 2007.

Néanmoins la communauté européenne décidera en temps opportun de la régulation de cette pêche (probablement au profit des pêcheurs Espagnols) et des quotas attribués à chaque zone.


Allongé ou enroulé, au vinaigre, au sel ou à l’huile, l’anchois est tout de même de la fête un peu partout dans la gastronomie française :
- dans les salades,
- sur les tartes ou sur la pizza,
- en crème ou en mousse sur les canapés apéritifs.

Il existe encore deux ateliers travaillant à l’ancienne, et donc manuellement, à Collioure, produisant environ 400 tonnes par an.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP