23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion4 avril : Climat. Même un réchauffement de 2° aura une incidence importante 3 avril : Accastillage textile. L’idée qui prend le large2 avril : Innovation. Le plastique, leur carburant !1er avril : Brexit. Les pêcheurs anglais eux aussi sont inquiets 31 mars : Grandes marées. De retour dès ce samedi ! 28 mars : Charente. Au secours des civelles27 mars : Erdeven. TK-Bremen : le cargo échoué ressort du sable 26 mars : Brest. Niveau de la mer : ça monte toujours plus vite23 mars : Pleubian. Une brèche béante dans le Sillon de Talbert22 mars : Bars en péril. Quels coupables ?13 mars : Saint-Nazaire. STX présente ses nouveaux paquebots écolo12 mars : Pêche au bar interdite. Près de 650 manifestants à Morlaix10 mars : Mer. Une filière qui embauche
Accueil > Actualités de la mer > 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée

22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée

Dernière mise à jour le mardi 4 avril 2017


Le Conservatoire botanique national de Brest a évalué le niveau de menace de 1 452 des 2 589 plantes identifiées en Bretagne.
Pour 3 % d’entre elles, soit 40 espèces et 2 sous-espèces, il est trop tard : elles ont d’ores et déjà disparu de la région.
Nombre de ces plantes poussaient dans les zones humides ou aquatiques pauvres en éléments nutritifs (notamment azotés), mais aussi dans les zones cultivées avec peu de fertilisants. L’urbanisation croissante explique aussi en partie ces disparitions.

Aujourd’hui, 19 % de la flore bretonne est menacée ou quasi-menacée, en particulier dans les milieux littoraux, les zones humides et les milieux agricoles non intensifs comme les prairies « naturelles ».
Le panicaut vivipare par exemple ne subsiste plus que dans un seul endroit dans le Morbihan. C’est une plante rarissime qui figure parmi les plus menacées au monde.
.../...
Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP