13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Actualités de la mer > 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée

22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée

Dernière mise à jour le mardi 4 avril 2017


Le Conservatoire botanique national de Brest a évalué le niveau de menace de 1 452 des 2 589 plantes identifiées en Bretagne.
Pour 3 % d’entre elles, soit 40 espèces et 2 sous-espèces, il est trop tard : elles ont d’ores et déjà disparu de la région.
Nombre de ces plantes poussaient dans les zones humides ou aquatiques pauvres en éléments nutritifs (notamment azotés), mais aussi dans les zones cultivées avec peu de fertilisants. L’urbanisation croissante explique aussi en partie ces disparitions.

Aujourd’hui, 19 % de la flore bretonne est menacée ou quasi-menacée, en particulier dans les milieux littoraux, les zones humides et les milieux agricoles non intensifs comme les prairies « naturelles ».
Le panicaut vivipare par exemple ne subsiste plus que dans un seul endroit dans le Morbihan. C’est une plante rarissime qui figure parmi les plus menacées au monde.
.../...
Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP